Author

admin

Browsing

Quelques jours après l’annonce par le gouvernement de l’extension de la possibilité de surtaxer les résidences dans 5000 communes ( dont nous ignorons la liste à ce jour ) le comité pour le logement de Morlaix a battu le pavé pour rappeler l’exigence de l’application de l’intégralité du dispositif Zone tendue dans l’ensemble de la Bretagne.

C’est à dire : la surtaxation des résidences secondaires, l’encadrement des loyers, et la limitation de la location de courte durée. Mais les participants ont aussi rappelé leurs exigences d’une relance du logement public et d’une éradication des 63 000 logement indignes recensés en région Bretagne.

“Des logements pour les gens pas pour se faire de l’argent” ! “Vue sur mer pour les précaires” !

Un peu plus de 300 personnes emmenées par une tête de cortège dynamique, jeune, bruyante ont animés les rues de Morlaix un week-end de vacances. En dessous de certains pronostics mais honorable et intéressant pour l’avenir du mouvement pour le logement en Bretagne. Un nombre très important de syndicalistes notamment de la CFDT et de la CGT ( sans oublier les militants de Solidaires et de la CNT ), des élus ( PCF, UDB, EELV, Gauche Indépendantiste…) étaient de la partie , dont une bonne partie étaient resté sur le bord des précédentes initiatives, sans doute grâce à l’énorme travail de mobilisation locale fait par le comité.

 

L’ensemble des initiatives pour le logement en Bretagne semble s’inscrire dans la durée.

En témoigne le rendez vous du 5 novembre à Lorient sur des bases similaires mais avec en toile de fond la critique d’une projet de logement de standing. Le rendez vous est fixé quai des indes à 14h30. Le même jour à Douarnenez seront dans la rue  devant l’abri du Marin à midi contre un projet immobilier de luxe. 

 

Les organisateurs de la manif de Morlaix donnent rendez vous le 19 novembre à Guingamp avec le comité Tregor Argoat Goelo pour construire avec les comités locaux et assos investis sur le logement un nouveau cadre de mobilisation. Des contacts ont été pris avec les orgas de jeunesses qui font face à la raréfaction du logement pour étudiants à Rennes, Brest, Lorient et Nantes pour faire de journée européenne du logement fin mars une date de mobilisation en Bretagne dont la forme reste à définir. Fin juin la loi de finances rectificative nous permettra de ré-interpeller collectivement les parlementaires. Surtout d’ici là c’est les collectivités locales bretonne qui seront interpellées pour être plus incisives et demander de nouvelles compétences.

 

Nous publions ici l’intégralité de la prise de parole des organisateurs . Nous y soulignons ceci :  l’exigence que la Région Bretagne assume la compétence logement et perçoive une part de la surtaxe sur les résidences secondaires. Un débouché politique spécifiquement breton qui nous semble particulièrement pertinent et est assumé très largement maintenant.

Les militants indépendantiste de gauche investis dans la campagne logement.

 

 

Le comité local pour le logement du pays de Morlaix créée il y a seulement 2 mois se félicite de la réussite de la mobilisation de 29 octobre 2022. Elle vient clôturer un formidable travail unitaire et de terrain de près d’un mois. Nous vous remercions chaleureusement toutes et tous de votre présence. Nous remercions l’ensemble des élus présents : de la municipalité de Morlaix, de communes de Morlaix Communauté, de Haut-Leon Communauté, mais aussi des conseillères et conseillers départementaux, régionaux ou députés. Nous remercions l’ensemble des 26 organisations politiques, syndicales et associatives qui ont répondu favorablement à notre appel : PCF, Génération.s, Gauche Indépendantiste, NPA, France Insoumise, UDB, EELV, PS, Ensemble, Parti de Gauche, UCL, CNT, CGT, CFDT, Solidaires, Morlaix Alternative Citoyenne, Droit à la Ville Douarnenez, St-Malo j’y suis j’y reste, Le Utopistes en action, La Lanterne, Comité des chômeurs et solidaires, Ligue des Droits de l’Homme.

 

La réprésentativité de ce jour est à la hauteur des enjeux. Oui nous avons sû créer une dynamique locale alors continuons à construire la mobilisation populaire et transformons l’essai à plus grande échelle.

 

 

Nous réclamons un meilleur accès au logement  dans le pays de Morlaix comme partout en Bretagne, nous avons souligné l’urgence de la situation et mis sur la place publique une proposition : permettre d’utiliser le dispositif de la Zone Tendue – jusqu’ici inappliqué en Région Bretagne – afin d’encadrer les loyers et les locations de courte durée tout en donnant la possibilité aux conseils municipaux de surtaxer les résidences secondaires.

 

A l’occasion de l’adoption de la loi de finances via le 49.3 on apprend que cette exigence d’égalité fiscale pour que comme au Pays Basque et ailleurs nous puissions surtaxer les résidences secondaires  sera peut-être possible dans certaines zones. Sans doute  prise pour calmer les légitimes revendications populaires suite aux manifestations du mois de septembre dernier !

 

Mais faute de débats et d’amendements en séances on ignore où précisément cela sera possible, quels en seront les critères et qui décidera.

 

On sait seulement que cela sera possible en Zone Touristique littorale …Mais nous savons aussi que c’est toute la Bretagne qui devrait être concernée car l’activité économique est tournée vers le tourisme, directement ou indirectement sur tout le territoire.

 

Et malheureusement nous savons que l’encadrement des loyers et de la location type Air BnB ne sera pas à la disposition des communes de Bretagne

 

Nous ne voulons pas qu’une part du gâteau de la Zone Tendue nous voulons tout le gâteau !

 

Parfois les loyers de maisons situées à l’intérieur du territoire bien loin du littoral et des grands centres urbains qui sont des passoires énergétiques chauffés à l’électricité prennent 250 euros entre deux locations ! Ni les salaires, ni les pensions, ni les minimas sociaux n’augmentent hélas à cette vitesse !

L’amendement gardé par le gouvernement ne calme pas notre colère ! Et nous voyons là une forme de mépris de non prise en compte de la colère populaire !

 

Mais qu’attendre de plus d’un gouvernement qui a baissé les aides à la Pierre pour la construction de logements sociaux et baissé les APL ?

 

Nous voulons dire aussi au gouvernement que les 63 000 logements potentiellement indignes et les 145 000 logement vacants en Région Bretagne doivent être rénovés dans le cadre de la relance du logement public ! Car avec l’obligation du Zero Artificialisation Net pour les intercommunalités nous n’auront pas beaucoup d’autres choix !

Pour cela il faut redonner des moyens à la politique de logement public et social !

Mais ceux qui s’intéressent à la question du logement, lequel représente la part de dépenses la plus importante des foyers bretons, savent aussi que les meilleurs dispositifs législatifs sont inopérants faute de service public pour les mettre en pratique sur le terrain.

 

Or un tel service public est bien ce qui fait défaut à de nombreuses collectivités locales. La plupart des communes bretonnes sont dépourvues de service d’hygiène pour lutter contre l’habitat indigne, pas plus qu’elles ne disposent de police de l’habitat pour endiguer le recours frauduleux aux baux mobilités et étudiants, délivrer des permis de louer ou surveiller le respect des règles limitant le recours aux locations touristiques de courte durée (dont on sait combien elles concurrencent les offres de logement à l’année, notamment dans les zones littorales).

Sur les 1 938 500 logements que compte la Région Bretagne, l’INSEE recense aujourd’hui 257 800 résidences secondaires soit 13 % du parc de logements breton. D’après les services fiscaux le montant moyen de taxe d’habitation dans l’hexagone est de 756 euros pour une maison secondaire et de 915 euros pour un appartement secondaire en 2020.

 

Dans un contexte de réduction drastique des marges de manœuvre fiscales des collectivités, le Conseil Régional de Bretagne devrait pouvoir utiliser cette ressource financière substantielle en percevant une part régionale de la taxe sur les résidences secondaires. Et prendre ainsi ses marques pour acquérir la compétence sur le logement, complémentaire de celle sur l’habitat que les intercommunalités exercent déjà.

 

C’est notre proposition !

 

Notre message va en effet aussi en direction des élus de la Région et des collectivités locales de Bretagne ! Soyez plus offensifs , plus exigeant !

 

On ne peut pas se contenter des miettes du dernier amendement ! La loi de finance rectificative sera votée en juillet 2023 nous voulons que vous portiez avec nous cette exigence populaire, cette exigence d’extension de la Zone Tendue à toute la Bretagne ainsi que cette prise de compétences nouvelles !

La loi ouvre désormais la possibilité de développer les expérimentations par les collectivités locales, grâce au principe maintenant reconnu de différenciation territoriale. Communes et agglo doivent étudier les moyens d’expérimenter des dispositifs locaux de plafonnement des loyers le temps que les évolutions législatives nécessaires se produisent et exiger de nouvelles marges de manœuvres !

N’attendez pas pour agir ! Si on additionne les logements vacants et les résidences secondaires de la Bretagne historique on arrive au chiffre vertigineux de 522 800 logements exclus du marché à l’année ! Et encore nous ne sommes pas capables de chiffrer avec nos moyens combien de nuitées Air BNB viennent alourdir ce tableau déjà bien sombre !

 

Il faut répartir les richesses ! il faut agir !

 

Pour notre part nous lançons un appel pour qu’au mois de mars prochain à l’occasion de la journée européenne du droit au logement nous poursuivions notre mobilisation en Bretagne à l’occasion de la fin de la trêve hivernale !

 

 

Nous lançons aussi un appel à créer un outil de mobilisation rénové à l’échelle de la Bretagne donnant toute leur place aux associations et collectifs locaux spécialisés , aux organisations syndicales mais aussi aux structures étudiantes et de la jeunesse. Pour ce fait, nous appelons les comités locaux déjà existant à nous emboîter le pas pour de nouvelles mobilisations et nous proposons une réunion de construction de la lutte pour le logement à Guingamp le 19 novembre.

 

 

D’ar 5 a viz Du deuit da gKallag da lâret nann d’ar faskourien !

Fest-deiz antifa !

Bezomp niverus e Kallag d’ar 5 a viz Du da zerc’hel penn ouzh ar faskouriezh en ur lâret pegen pouezus eo deomp e chomfe digor Breizh, kengred, enepfaskour hag evit ar justis sokial, koulz hag an ingalded evit an holl.

Ha degas a raio un nebeud a repuidi gant an aotre da chom muioc’h a drubuilh evit :

-ar riskl zo da serriñ servijoù yec’hed lec’hel ospitalioù Karaez ha Gwengamp

-ar c’hlasoù serret er skolioù dre ar vro

-an diaesamantoù zo da gavout un ti abalamour da gresk ar prizioù. Ar re binividik eo a laka ar prizioù da greskiñ pa brenont eil tiez. Bretoned eo a laka en feurm tier dirapar hag a implij ar feurmoù berrbad evel AirBnB da c’hounid muioc’h.

-Pe c’hoazh raktresoù bras ha diezhomm evel uzin eoged Plouizi evit brasañ mad embregerezhioù etrebroadel a zistruj an endro.

War an holl sujedoù se, pouezus d’hor bro, an tu-dehoù pellañ a gred embann difenn an terouer hag an dud diwar ar maez na ra ket mann ebet jamez, evel ne ra mann ebet da zifenn ar servijoù publik diskaret gant gouarnamant Macron.

Amañ e Kreiz-Breizh omp niverus o tifenn hor yezh vrezhonek koulz hag ur sevenadur pobl bev. An tu-dehoù pellañ a ra ar c’hontrefed mik a-viskoazh, en ur lâr nann d’ar brezhoneg ofisiel er vuhez bublik en ur mod pemdeziek : ‘peus ken soñjal e komzoù Zemmour diwar-benn an anvioù bihan gallek, Nann Marine Lepen d’ar brezhoneg war ar panneloù hent, emzalc’h negativel Gilles Pennelle evit ma vo implijet ar brezhoneg pe ar gallaoueg er c’huzul-rannvro.

An tu-dehoù pellañ na zegas ket ha na zegaso biken diskoulm ebet da gudennoù pemdeziek tud ar vro. Gwashoc’h c’hoazh, dont a ra amañ da zroukimplij ar raktres Horizons evit abegoù politikour da c’hwezhañ un avel leun a gasoni ha gouennelour, en ur lakaat gwask war an dud e Kallag hag an dilennidi, da spontañ anezhe tout.

N’eo ket ur sav-poent zo difennet gante met ur raktres kevredigezhel : hini ar faskouriezh. Amañ er vro paotred ha merc’hed FTP Kallag ‘oant en em gannet enep gant armou betek reiñ o buhez da lâret nann d’ar faskourien.

Dont a ra endro ar faskourien. An tu-dehoù pellañ a garfe tapout tachenn, graet dija en ensavadurioù, er mediaou, distreiñ a ra er straedoù e-lec’h ma sko alies : arabat lezel anezhe da vleuñvin ha da vezañ kreñvoc’h, war-sav ha stourmomp !

Asambles er ruioù, er vilajennoù, er c’hartieroù koulz ha diwar ar maez, bezomp skoaz- ouzh-skoaz !

12e: Pik-nik (boued a vo war al lec’h)

14h: Fest-deiz, prezegennoù….

Sinerien gentañ: Union Syndicale Solidaires Bretagne, CVA 22, War-sav ! Gauche Indépendantiste, Ensemble! 22, Vigilance Syndicale Antifasciste 29, CGT deskadurezh prevez Breizh ,NPA 22 ha 29….

C’est un joli coup que vient de réussir le Syndicat des Travailleurs Corses en constituant une liste de candidats pour  les élections  qui auront lieu du 1er au 8 décembre, pour les professeurs des écoles et professeurs des collèges et lycées de lenseignement privé. Les écoles associatives bretonnes Diwan mais aussi leurs homologues basques , catalans et occitans , alsaciens même si elles sont laïques, non confessionnelles et gratuites pour certaines, elles sont considérées comme privées.

Il y a 20 noms sur la liste. 14 femmes et six hommes. Et en plus des corses , 7 bretons et des catalans et occitans travaillant dans l’enseignement immersif ( Diwan, Bressolas, Calandretas…). Les Corses eux sont des salariés de l’enseignement privé mais non immersif, les écoles de Scola Corsa n’étant pas encore sous contrat. En regardant de prés les noms des bretons on y reconnait des militantes et militants de longue date par ailleurs salariés du réseau Diwan.

C’est Jean-Pierre Luciani Secrétaire National du STC Education qui a initié cette liste et qui signe la lettre ouverte faisant office de profession de foi. Document dans un premier temps refusé par les services du ministère de l’éducation puis finalement validé. Il sera envoyé au 139 000 personnels de l’enseignement privé.

On ignore si Pap Ndiaye, l’actuel ministre de l’éducation saisira l’occasion pour se démarquer de Jean-Michel Blanquer. Il serait parait il mieux disposé…En attendant  tous les enseignants premiers et second degré titualire de l’enseignement privé (immersif ou monolingue et dans tout l’état)  pourront voter pour cette liste qui relance le débat pour la sécurisation de l’enseignement immersif, encadré par une circulaire bien précaire après la décision du Conseil constitutionnel de déclarer enseignement immersif en langues dites régionales anticonstitutionnel. Une décision qui avait mis  15 000 bretons dans le rues de Guingamp en mai 2021.

Monsieur le Ministre,

 Lenseignement immersif nest pas reconnu en France par la Constitution et la censure de la loi Molac par le Conseil Constitutionnel a relégué cet enseignement aussi bien dans lécole publique que dans lécole privée sous contrat dans « un espace dillégalité tolérée ».
Depuis 1969, avec la création de la première ikastola en Iparralde pour les basques, la première bressola chez les catalans en 1976, la première école Diwan en 1977 pour les bretons, en passant par la première calandreta en 1979 pour les occitans, la première classe immersive en Alsace avec ABCM en 2017 et enfin la Corse en 2021 avec Scola Corsa, cest un tout un réseau décoles associatives qui ont imprimé en un
demi-siècle la construction dune histoire de lenseignement immersif.
Plusieurs milliers denfants bénéficient aujourdhui de cet enseignement et les bons résultats ne sont plus à démontrer. En Corse, en deux ans, Scola Corsa a ouvert ses 3 premières écoles maternelles immersives et le Sindicatu di i Travagliadori Corsi soutient de façon pleine et entière cette démarche.En Corse, nous n’avons pour l’heure aucun enseignant sous contrat, et c’est à la force du poignet que Scola Corsa construit son développement avec efficacité et avec le soutien du Peuple corse. Si la Collectivité de Corse apporte un soutien financier sans faille à la hauteur des ambitions de sa politique linguistique, l’Etat, lui, se refuse pour l’heure à valider toute demande de contractualisation.
La nécessité de sortir de cette insécurité juridique Même si la Corse n’a pour l’heure aucun enseignant contractualisé dans l’enseignement immersif, le STC Education a fait le choix stratégique ciblé lors des élections professionnelles de 2022, à travers ce scrutin
du Comité Consultatif Ministériel des Maîtres de l’Ecole Privée (CCMMEP), de mettre en avant une liste d’enseignants issus de l’école primaire immersive, de collèges et de lycées immersifs avec la présence d’enseignants corses qui apportent un soutien et une reconnaissance affirmée à tous ces pionniers qui ont ouvert la voie de l’émancipation linguistique depuis 50 ans. Il est aujourd’hui nécessaire et urgent de régulariser une situation de fait : rien ne peut arrêter des citoyens qui, avec autant de pugnacité et détermination, ont pensé, élaboré et mis en application un schéma d’enseignement aussi innovant que l’enseignement immersif. L’heure est à la reconnaissance légitime d’un chantier qui met en avant une richesse patrimoniale inscrite dans la Constitution : les langues dites régionales.Elles font partie intégrante de notre système éducatif et elles doivent être un vecteur d’enseignement harmonieux et un facteur d’épanouissement pour nos enfants. Il faut donc préparer la voie de la révision constitutionnelle (et bien évidemment son article 2 qui permettra cette sécurisation juridique et ouvrira les voies de la normalisation de l’enseignement immersif dans notre système éducatif.

 

Jean-Pierre Luciani Secrétaire National du STC Education

Du 1er au 8 décembre, professeurs des écoles et professeurs des collèges et lycée de l’enseignement privé Votez et faites voter pour la reconnaissance de l’enseignement immersif !

Dans la prolongation des mobilisations populaires du 10 septembre dernier, le comité de Morlaix pour le droit au logement pour toutes et tous, a pris ses responsabilités et décidé de contribuer à amplifier la lutte populaire pour l’obtention de la classification en zone tendue de toute la Bretagne. Depuis près d’un mois, les militantes et militants du pays de Morlaix sont à la manoeuvre pour organiser la manifestation du 29 octobre qui se déroulera à partir de 14h place des Otages.

La Gauche Indépendantiste,  WAR-SAV- POGI,  , partie prenante du comité local aux côtés de nombreuses autres organisations syndicales, politiques ou associatives, appelle à se joindre à la manifestation. En effet, l’adoption par 49.3 par le gouvernement d’une surtaxe sur les résidences secondaires est très loin de nous satisfaire. Quels en sont les contours et les critères ? Quid de l’encadrement des loyers ? De la régulation des locations de courte durée type Air BnB ? De l’habitat indigne ? De la relance de la politique du logement public ? Nous voulons le gâteau dispositif Zone Tendue en entier, pas une part ! Nous voulons une politique de logement cohérente au profit de la justice sociale.

[Ci-après la liste des organisations signataires ]

Après que 1500 personnes aient défilés à Concarneau, Douarnenez, Lannion et Vannes la Gauche Indépendantiste (War-Sav) se réjouit de voir autant d’individus, d’organisations, collectifs, et syndicats s’être impliqués pour l’extension du dispositif Zone Tendue aux communes de la Région Bretagne et la régulation du marché de l’immobilier en Bretagne pour garantir un logement à ceux qui y travaillent et y vivent toute l’année. Nous souhaitons qu’au delà de la manifestation de samedi un cadre collectif de mobilisation soit construit pour que les bretons pèsent tous ensemble pendant les débats sur la loi de finances qui dureront jusqu’à la fin de l’année afin d’obtenir gain de cause sur la Zone Tendue.

 

Ce cadre de mobilisation pour être efficace doit s’appuyer sur des collectifs locaux, ancrés dans les territoires, regroupant les forces organisées ou non œuvrant à la justice sociale.

 

Nous nous félicitons d’en voir éclore à Lorient, dans le Tregor-Goelo-Argoad et dans le pays de Morlaix. Nous sommes disponibles pour aider à l’émergence d’autres regroupement locaux. Nous invitons chacun à prendre bonne note de la prochaine étape de la mobilisation qui aura lieu à Morlaix fin octobre .

Ce cycle de mobilisations dans laquelle nos militants ont pris toute leur place contribue de la rentrée sociale pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs mais elle invite aussi les élus de la Région à exiger la compétence logement dans leur quête d’autogouvernement breton qui s’est traduit par un vœu sur l’autonomie, afin construire des politiques publiques en faveur du logement et de l’habitat ( compétence obligatoire des intercommunalités ) grâce à la mise en place d’un fiscalité bretonne alimentée par la surtaxe des résidences secondaires.

 

La Gauche Indépendantiste Bretonne ( War-Sav )

 

 

La Gauche Indépendantiste, War-Sav POGI, appelle à se joindre  au rassemblement le jeudi 25 août à 10h30 devant l’Inspection Académique 12 rue du Poulfanc à Morlaix pour l’ouverture de la filière bilingue dès la rentrée à Plougasnou. Après la lutte victorieuse que la communauté attachée à l’enseignement en langue bretonne, a mené l’an dernier pour l’ouverture de la filière bilingue au lycée Tristan Corbière à Morlaix, c’est pour Plougasnou qu’il faut se battre et suivre le chemin de la victoire morlaisienne il y a un an.

Seule la lutte paie ! Assez des attaques répétées des instances de l’Éducation Nationale !

Alors que toutes les conditions sont remplies pour l’ouverture de la filière bilingue publique breton-français sont réunies : nombre d’élèves inscrits, enseignante nommée, ATSEM recrutée, salle aménagée, soutien des élus locaux, l’inspection académique à décidé la veille des vacances d’été de suspendre l’ouverture à 2023.

Cette décision arbitraire est inacceptable et montre une énième attaque contre le développement de l’enseignement en langue bretonne. C’est aux bretonnes et bretons de décider pour que l’enseignement de notre langue soit pérennisé. Pour cela, nous demandons la gestion de la compétence éducation par une institution bretonne de plein exercice.

 

« Da belec’h eo aet ar stourm enepimpalaerour ? » sed aze an tem a vo prederiet diwar e benn e d’ar sadorn 9 a viz Gouere e Plougonveur.

Enebiezh an daou impalaerouriezh zo penn abeg ar brezel hag aloubadeg an Ukren, er mediaou bras koulz hag e metoù an tu-kleiz ne glever kaozioù evit kondaoniñ an emlederezh Rusian hepken.

Na c’heller ket reizhabegiñ e mod ebet tagadenn impalaerour Russia en Ukren. Daoust da bPoutin ha d’e dropellad bezañ ar benndagadourien n’omp ket hegredik a-walc’h evit chom hep gwelet splann kirriegezh ensavadurioù Europa hag ar stadoù perzh deus Aozadur feur-emglev Norzh Atlantel (AFNA-OTAN ) er mare tenn mañ etre an daou impalaerouriezh.

Na glever ket ar barnouriezh enep da impalaerouriezh an AFNA pe Europa, chom a ra mut an tu-kleiz, an dispac’hourien koulz hag ar re all, hep klask aozañ stourmadegou da enebiñ ouzh impalaerouriezh hor bourc’hizelezh.

Evit divizout diwar-benn ar problemategez-se ha difraostañ aheloù koulzadoù kabaliñ ha stourm asambles e aozomp un devezh tro-dro d’ar goulenn «  Da belec’h eo aet ar stourm enepimpalaerour ? » ha kement se d’ar Sadorn 9 a viz Gouere en Dibar e Plougonveur.

4 stal a raio an devezh :

Stal 1 : « Breizh er stignad impalaerour, istor ha gwirvoud pouez an industriezh milourel gall e Breizh » da gregiñ ganti e vo lañset ar gaoz gant stourmerien dizalc’hour War-Sav.

Stal 2 : « Penaos en doa enebet an AFNA ouzh ar stourmoù eneptrevadennour er bloavezhioù 60 ha 70 ha peseurt heklev en doa bet en Europa ar c’hornog ? Un diviz gant Jann-Marc Rouillan a zo bet oc’h ober war-dro ul levr gouestlet da stourm dizalc’hour ha didrevandennour er C’hap Glas hag e Ginea Bissau

Stal 3 : « « Peseurt mod emañ kont gant ar stourm a genskoazell etrebroadelour gant ar Palestin ? » Gant kamaraded ar strollad «  Palestin a vo trec’h ! » deus Tolosa. Darbet eo bet dezhe bezañ divodet dre zekred diwar goulenn Darmanin, trec’h int bet hag e talc’hont gant o c’houlzadoù stourm.

Atelier 4 : « Ar Rojava hag an dispac’h Kurd d’ar c’houlz ma klask emlediñ an AFNA » gant benelerourezed hag etrebroadelourezed bet e Kurdistan hag a raio ar poent war an tagadennoù kaset a-benn gant an Turki, ur stad perzh deus an AFNA, evit distruj ar Rojava demokratel.

Digor d’an holl eo an devezhiad. Kregiñ ar raio an atelieroù da 10e beure.

Taolioù kelaouiñ, levrioù en gwerzh war al lec’h.

Emaomp o prientiñ darvoudoù sevenadurel evit nozvezh ar Sadorn.

War-Sav ! (pour l’Organisation de la Gauche Indépendantiste)

A l’inititive de militantEs de la Gauche Independantiste Bretonne (War-Sav) du Trégor et du Leon une journée d’échanges sur l’anti-impérialisme aura lieu à Plougonver le 9 juillet.

Alors que l’occupation et la guerre qui ravage l’Ukraine révèle que deux impérialismes s’affrontent seule la condamnation de l’expansionnisme grand-russe est audible dans les médias dominants comme dans la gauche européenne.
Rien ne saurait justifier l’agression impérialiste de la Russie en Ukraine. Si Poutine et sa clique sont bien les agresseurs, nous ne sommes pas dupes de l’intérêt et de la responsabilité des institutions européennes et des états membres de l’OTAN dans cet épisode de tensions entre deux impérialismes.
Mais la critique de l’OTAN et de l’impérialisme Européen et Français sont inaudibles , la Gauche y compris révolutionnaire se tait et ne cherche pas à mobiliser contre l’impérialisme de sa propre bourgeoisie.

Pour en débattre et défricher des axes de mobilisation et de complicité nous organisons une journée d’échanges autour du thème « Ou est passée la lutte anti-impérialiste ? » le samedi 9 juillet au Dibar à Plougonver.( entre Guingamp et Carhaix ).

Elle se déroulera sous forme de 4 ateliers :

Atelier 1 : « La Bretagne dans le dispositif impérialiste , histoire et actualité du poids du lobby militaro-industriel français dans notre pays » Atelier introductif par des militants du collectif War-Sav (Pour l’Organisation de la Gauche Indépendantiste).

Atelier 2 : « L’implication de l’OTAN contre les luttes anticoloniales dans les années 60 et 70 et sa résonance dans la métropole » autour du livre « NE FAITES PAS CROIRE À DES VICTOIRES FACILES – AMILCAR CABRAL » aux éditions Premiers Matins de Novembre sur la lutte indépendantiste au Cap Vert et en Guinée Bissau avec Jann-Marc Rouillan.

Atelier 3 : « Actualité et criminalisation de la solidarité internationaliste avec la Palestine occupée » . Avec des camarades du « Collectif Palestine Vaincra » de Toulouse , après avoir récemment risqué la dissolution à l’initiative de Darmanin ce collectif a gagné cette bataille juridique et continue ses actions.

Atelier 4 : « Le Rojava et la résistance Kurde à l’heure de l’expansion de l’OTAN » par des internationalistes de retour du Kurdistan qui feront le point sur l’offensive de l’armée Turque composante de l’OTAN contre le Rojava démocratique.

Cette journée est ouverte à tous et toutes. Début des ateliers à 10h.
Table de presse, stands d’infos….
En soirée nous organiserons un événement culturel en cours d’élaboration.

D’ar sadorn 21 a viz Mae ez eus bet dalc’het ur vanifestadeg dindan al lugan « Brezhoneg e pep lec’h ! » diwar intrudu ar skolioù Diwan. D’an devezh se e tremene ar Redadeg dre Naoned.

Fellout a ra d’ar rouedad Skolioù dre soubidigezh e vefe un emglev Stad-Strollegezh lec’hel par da hini Rannvro Breizh evit treuzkas hag implij ar brezhoneg.

 

 

Tro 800 den o doa dibunet dindan un heol skedus e straedoù kêrbenn Breizh.

Etre 800 ha 1000 den o tibuniñ e straedou Naoned. Ar wezh kentañ e oa d´ar gumuniezh vrezhonek dibuniñ e straedoù kêrbenn istorel hor bro. Dazont ar brezhoneg zo ivez er c’heriou bras, er meurgeriou.
N’eus ket tu lezel ur bembvedenn deus hor bro hep emglev stad-strollegezh lec’hel, bloaz goude e vije bet votet al lezenn Molac.
Un devezh kaer dindan an heol skedus, leun a vrogarouriezh, mousc’hoarzhus , gant kalz a bennou yaouank hag a gomzou digemplez. Gant un dibenn plijus hag un engroezig entanet da zegemer Ar Redadeg war un ton bras.
Ur vanifestadeg all a vo war hent ar Redadeg evit un eil skolaj e Aodoù-an-Arvor.
 
 
Lod a soñjo marteze ne oa ket uhel a-walc’h an niver a vanifesterien. Degas a reomp d’o soñj e oa ar wezh kentañ d’ar gumuniezh vrezhonek en em aozañ da zibuniñ dindan he gerioù-stur digemplez e straedoù Naoned. Ur sifr da genveriañ gant ar manifestadegoù a veze aoazet er bloavezhioù 90 e Kemper pe Brest evit ar brezhoneg hag a vode kantaoù pe a-wezhoù un nebeud miliadoù a vretoned kar-o-yezh. Ne dremener ket deus 0 da 15 000 manifester evel ma oa bet warlene e Gwengamp e-korf un devezh.
 

 
Kalz a gevredigezhioù brezhonek o doa galvet da gemer perzh, evel un nebeud a frammoù politikel (War-Sav, UDB..) koulz hag un dornad dilennidi.
 
Da heul prezegenn Yann Uguen prezidant Diwan o deus daou zen yaouank bet skoliataet e Diwan Naoned Mevena Guillouzig-Gouret hag Awen Looten Roynard embannet o  soñj, kavout a rit amañ dindan o frezegenn.
 
 
Diwan a ro emgav deoc’h er c’hKM 2018 disadorn dirak gar-mor Gwened da zougen c’hoazh azgoulennou evit ma tapo hor yezh tachenn ha gwiriou nevez evit an dazont !
 

 

Skoliataet omp bet e Skol Diwan Naoned. Ar skol a oa bet digoret daoust da bep tra e 1979… goude pemp bloaz he doa ranket serriñ. Tri bloaz goude gant kalz a youl a-berzh ar familhoù he doa addigoret e 1987.

Digeriñ skolioù Diwan n’eo bet aes gwezh ebet e lec’h ebet. Da gentañ abalamour da enebiezh ar stad, ar bonreizh, ha peogwir e oa ur mennozh araokour-tre krediñ skoliata bugale dre soubidigezh e brezhoneg, ur mennozh az ae enep an dispriz a oa bet plantet e penn ar vretoned ha bretonezed da geñver o yezh, o bro, o istor…

Diaesoc’h eo e Bro Naoned avat. Abalamour d’ar mod m’eo bet rannet hor bro hep na vije bet goulennet gwezh ebet ali pobl Breizh.

 

 

E 1989 setu ar pezh a lavare Skol Diwan Naoned : L’école Diwan de Nantes accueille 22 éleves en maternelle et primaire. Mais cette demande croissante des familles pour une éducation en breton en Loire-atlantique exige :

– Des locaux décents

– Une prise en charge financière correspondant au service public qu’assure Diwan à Nantes car Diwan est une école laique, gratuite et ouverte à tous.

– La reconnaissance politique par les élus de Loire Atlantique

– L’application en Loire Atlantique comme dans les autres départements bretons du protocole signé avec l’éducation nationale.

Assez de promesses electoralistes ! Nous voulons des actes positifs !

 

Abaoe 1989, daoust d’an diaesterioù eo kresket kalz an niver a vugale skoliataet e Naoned, tost da 200 bugel e Naoned, met ivez ur skol e Sant Ervlan, unan e Sant-Nazer, unan e Savenneg, unan e Gwennrann, ha bremañ skolaj Diwan Sant Ervlan ha maorvat daoust d’an diaesterioù ur skol e takad Kernitron-al-Lann dindan nebeut.

400 bugel zo skoliataet dre soubidigezh en departamant. Hag 800 gant an holl hentennoù all. C’hoant hon eus ez afe c’hoazh war gresk !

Da heul skouer Diwan ez eo en em gavet ar brezhoneg er skolioù publik an deskadurezh stad. Ha kement se n’eo ket bet aes kennebeut. Evelto e fell deomp e vefe simploc’h d’ar familhoù skoliata o bugale e brezhoneg en holl hentennoù divyezhek.

Kar m’emañ dazont ar brezhoneg en e gavell istorel emañ ivez er c’herioù bras, er meurgerioù : e Brest, e Roazhon met ivez evel-just e Naoned ha tro-war-dro.

Da heul c’hoazh, ar brezhoneg n’eus kavet e blas e Naoned en ur vagouri, er skol-veur, er radio, er stummadur dibaouez, el levraoueg, er c’hentelioù-noz, war ar panelloù, el levrigoù familh… Ha n’eo ket echu !

Evit ma c’hellfe kreskiñ didrabas ar gumuniezh vrezhonek e Naoned hon eus c’hoant un emglev stad-strollegezh lec’hel evel ma ‘z eus unan e Rannvro Breizh.

Evit ma c’hellfe kreskiñ didrabas ar gumuniezh vrezhonek e Breizh a-bezh hon eus c’hoant e vefe kemmet mellad 2 bonreizh ar republik a laka da netra an holl yezhoù a reer yezhoù rannvro anezho.

Evit ma c’hellfe kreskiñ didrabas ar gumuniezh vrezhonek e Breizh hon eus c’hoant e vefe ur statud ofisiel d’hor yezh.

Evit ma c’hellfe kreskiñ didrabas ar gumuniezh vrezhonek e Breizh hon eus c’hoant e vefe lakaet un termen d’an disparti a vir ouzhomp da alaniñ a-stroll ha gwitibunan evit reiñ un dazont all d’hor yezh ha d’hor bro.

Bro Naoned e Breizh ! Brezhoneg ofisiel ! Diwan a vevo ! Diwan a gresko !

 

Prés de 80 personnes se sont rassemblés devant la prison des femmes à l’appel de la Gauche Indépendantiste Bretonne (War-Sav) rejoint par d’autres sensibilités politiques et syndicales. Qu’elles soient ici remerciées.

Outre la déclaration de la Gauche Indépendantiste que vous pourrez lire ci après , le NPA et les Jeunes Révolutionnaires ont pris la parole pour fustiger la répression française en Corse, l’impérialisme, le caractère colonial de l’état français et recadrer cette action unitaire en complément d’autres engagements notamment contre les réductions de libertés et les attaques contre les médias militants comme Nantes Révoltée ou le “Collectif Palestine Vaincra“.

Il s’agissait aussi d’attirer l’attention sur le fait qu’a Rennes , une prisonnière politique Basque-Itziar Moreno- est incarcérée loin de son pays elle aussi comme les prisonniers politiques Corses. De ce point vue l’action est un succès au regard des nombreux articles de presse la mentionnant dans les compte-rendus. 

 

Nous avons défilés ensemble en scandant des slogans anti-impérialistes, internationalistes et indépendantistes tout autour de la prison.

La mobilisation en Corse ne faiblit pas pour le respect des droits de prisonniers politiques et affirmer les droits nationaux du peuple corse, ne témoigne la marée humaine présente ce jour à Bastia. Construisons la solidarité.

Des militants Indépendantistes de Gauche.

 

 

Déclaration de la Gauche Indépendantiste devant la prison des femmes de  Rennes le 13 mars.

Merci à tous ceux et toutes celles qui ont répondus à l’appel pour se rassembler ce jour devant la prison des femmes de Rennes.

Nous sommes ici pour affirmer notre solidarité avec le peuple corse en lutte pour le respect des droits de ses prisonniers politiques et affirmer notre solidarité avec les proches et amis d’Yvan Colonna sauvagement agressé par un djihadiste.

Derrière nous se tient la direction régionale des affaires pénitentiaires nous en profitons pour nous réjouir de la levée du statut de Détenu Particulièrement Surveillé de Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Mais cette petite concession a été obtenue alors qu’Yvan Colonna est dans un état critique et uniquement grâce à la lutte de la jeunesse corse , de larges secteurs du peuple corse et des travailleurs syndiqués au STC qui ont empêché le débarquement de forces répressives françaises supplémentaires.

Nous saluons leurs combativité et nous affirmons partager avec eux l’exigence d’un transfert extrêmement rapide des prisonniers politiques corses sur l’Ile et ce afin d’envisager leurs libération dans les meilleurs délais dans le cadre d’un règlement politique du rapport conflictuel existant entre l’état français et le peuple corse dont le droit à l’autodétermination est nié.

La solidarité n’a de valeur que si elle est partagée à toux ceux et celles qui la mérite. Derrière les murs qui sont à quelques mètres de nous est détenue Itziar Moreno , militante féministe, socialiste et indépendantiste basque . Elle aussi est détenue comme 21 autres basques dans une prison française loin de sa famille et de son pays au mépris du droit européen et de la volonté de la majorité sociale du Pays Basque. Elle se trouve à 795 km de sa commune. Nous affirmons donc aussi notre pleine et entière solidarité politique avec elles et ses camarades et nous revendiquons son rapprochement prélude à une remise en liberté.

 

En tant qu’indépendantistes bretons nous remercions ceux et celles qui en Corse ont occupés la rue et rappeler ainsi que la France est un état pluri-national. Tous les peuples qui vivent sous sa domination en Corse ,au Pays Basque, en Bretagne ou ailleurs ont le droit de choisir leurs destins. C’est la négation de ce droit qui a amené des Corses, des Basques et des Bretons à se mettre en porte à faux avec la légalité.

La solidarité n’a de valeur que si elle est partagée à toux ceux et celles qui la mérite. Pour finir nous saluons Georges Ibrahim Abdallah militant communiste libanais incarcéré depuis 1984 en France pour son combat pour la Palestine, nous voulons aussi avoir un mot de solidarité avec Libre Flo incarcéré depuis de longs mois à Bois D’arcy pour une de ces ténébreuses affaires souvent synonyme de fiasco judiciaire dont la justice antiterroriste à le secret. Il est en grève de la faim contre son maintien à l’isolement. Ce militant libertaire a combattu DAESH et la Turquie comme notre camarade Kendal Breizh, Olivier Le Clainche lui mort au combat, et aux cotés de Résistance Kurde. C’est précisément l’idéologie de DAESH qui animait l’agresseur d’Yvan Colonna.

Liberté pour les prisonniers politiques !

Bevet Korsika ha Breizh Dizalc’h ! Vive la Corse et la Bretagne indépendantes !