Category

International / Etrevroadel

Category

boutonKurdistanRéparti sur cinq Etats, le peuple kurde se voit nier son droit à l’autodétermination. Partout les élus, militants et journalistes subissent la répression et la criminalisation. Au nom d’intérêts économiques, l’Etat français nie le drame injuste qui se joue là-bas et ne reconnaît ni les droits du peuple kurde, ni les droits de ceux qui, pourchassés par le pouvoir turque, cherchent refuge dans l’Etat français. Il y a quelques temps c’était le journaliste de ROJ TV, Kadir Disliz, sympathisant de la cause indépendantiste Bretonne, qui était expulsé de Bretagne par les forces françaises pour la prison d’Izmir en Turquie.

Les conditions de détention des prisonniers politiques kurdes sont régulièrement condamnées par les organisations internationales, et nous rappelons qu’Abdullah Apo Öcalan est incarcéré et torturé depuis maintenant onze ans sur l’île d’Imrali dont il est le seul prisonnier. Le 14 février dernier une manifestation pour sa libération avait réunie près de 30 000 personnes à Strasbourg, restée sans réponse de la part de l’Etat français. Alors que le projet de gazoduc Nabucco soutenu par l’UE et la France doit traverser le Kurdistan, il semble que celles-ci préfèrent laisser la Turquie « pacifier la région » à sa manière plutôt que de reconnaître les droits des kurdes et de créer les conditions d’une résolution politique et démocratique de la question kurde.

Nous soutenons le peuple kurde dans sa lutte pour l’autodétermination et la justice sociale et nous nous associons à l’appel à manifester lancé par AMARA, Amitiés Kurdes de Bretagne et le Collectif Contre une Immigration Jetable, samedi 10 avril place Royale à Nantes 15h, pour un accueil juste des réfugiés kurdes en Bretagne et dans l’Hexagone

Pour Breizhistance-PSB, Jonathan Guillaume

logo_amaralogo_akb

MANIFESTATION

SAMEDI 10 AVRIL 15 HEURES

PLACE ROYALE NANTES

Depuis avril 2009, la Turquie procède à des arrestations massives de militants kurdes. Plus de 1 500 maires et élus locaux, anciens maires, anciens députés, personnels communaux, présidents d’associations, syndicalistes journalistes, avocats, ont été jetés en prison et le parti pro-kurde DTP, légitimé par un succès éclatant aux élections locales de mars 2009, a été dissout par la Cour constitutionnelle. Plus de 1 000 enfants de 10 à 17 ans sont également détenus et certains ont été condamnés à de lourdes peines pour avoir jeté des pierres sur des tanks !

C’est pourquoi les associations AMARA-Maison du Peuple kurde de Rennes, les Amitiés kurdes de Bretagne et le Collectif Uni-es Contre une Immigration Jetable de Nantes appellent à la journée d’action nationale et vous invitent à participer à une :

Les Kurdes demandent à la Turquie le respect des droits culturels et politiques, la liberté d’expression, la reconnaissance de l’identité kurde, des négociations de paix entre les belligérants, l’amnistie pour tous les détenus politiques, le retour des exilés et la reconstruction des villages détruits par l’armée, un développement économique régional.

L’Europe doit soutenir les revendications des Kurdes et exiger de la Turquie le respect de la démocratie. Enfin, la France doit s’engager à retirer la Turquie de la liste des pays « sûrs » pour lesquels les possibilités de demander l’asile sont extrêmement réduites.