Tag

daesh

Browsing

Da heul marv Kendal Breizh (Olier) hag hini daou etrevroadelour all, eus Galiza hag an Izel-Broioù, e Kurdistan en deizioù tremenet, setu testenn e vignoned ha kamaraded. Doujit pizh d’ar chemenn ha bezit kelaouet evit an homaj.

Aet eo hor mignon Olier evel youlad breizhad evit sikour difenn ha diorren an dispac’h e Rojava.

Aet eo d’an Anaon d’an 9 a viz C’hwevrer tremenet da heul ur bombezadeg gant nerzhioù turk Recep Tayip Erdogan.

Gant e idealioù libertaer ha dispac’hel oa bet troet war-zu an arnod bolitikel er Rojava ha da c’houde en em engajiñ gant an nerzhioù kurd ha reoù o c’hevredidi (arabed, yezhidied…). Gante e ranne mennozhioù enep-impalaerour, enep-faskour, enep-revelour, ekologour. Gante e ranne mennozh un doare libertaer da gas mont-en-dro ur gêr, un doare a zouj ouzh giwrioù an holl bobloù da vezañ mestr war o dazont.

Goude bezañ bet stummet gant ar YPG (Unvezioù Gwareziñ ar bobl) eo bet embarzhet er Tabur Antifa deuet da vezañ Tabur YPG Etrebroadel. Gantañ en deus stourmet a-enep an aozadur sponter Daesh, e Raqqa da gentañ hag e rannvro Deir-Ezzor da c’houde.

Pa oa ar stourm a-enep ar « Stad islamek » oc’h echuiñ, un aozadur a spont all, stadel ar wech-mañ, da lavaret eo Turkia Erdogan, he deus taget unan eus an diwezhañ konton eus Siria espernet gant ar brezel. Pe vije hini Assad a-enep e bobl dezhañ pe vije hini Daesh a-enep ar bed. Er rannvro-mañ e oa repuet ul lodenn eus poblañ Siria.

Diouzhtu eo bet hor mignon enrolled youlek evit stourm a-enep ar gourdrouz nevez-mañ pa oa en soñj distreiñ e-touesk e re.

Ar fed e chomfe diseblant, ma n’eo ket kendorfedour, ar galloudoù bras dirak an arnod turk a c’houennlazh a ziskouez splann n’haller ket kaout fiziañs enne evit stourm a-enep ar rikladurioù faskour. Rusia, Stadoù-Unanet hag Europa hepken a soñj e-barzh interestoù ar rummadoù zo ar galloud gante. Eus an tu all, n’eus nemet kengred ar pobloù a-enep ar pobloù impalaour a laka ur gwir demokratelezh da vont war-raok.

Memes ma ne oa ket rannet e radikalegezh gant tout e vignoned, deuet dreist e oa gant an holl evit e emzalc’h drant hag e vrokusted, kendrec’het omp eo marvet Olier evit un abeg reizh : hini ur gevredigezh libertaer, kevatalek hag ekologour.

Un tolpadeg a vo aozet prestik evit e rentañ enor.

GS : D’ar gazetennerien : Goulennet he deus groñs familh Olier da chom hep bezañ direnket, e mod ebet. Spi hon eus e vo doujet kement-mañ.

Aet eo evel breizhad ha brezhoneger, n’em em lakae ket da C’hall. Trugarez da zoujañ kement choazh ivez.

Suite au décès de Kendal Breizh (Olivier) aux côtés d’un autres internationaliste Galicien au Kurdistan ces derniers jours, voici le texte de ses amis et camarades. Suivez les consignes à la lettre et tenez vous informés pour l’hommage.

Notre ami Olivier est parti en tant que volontaire breton pour aider à la défense et au développement de la révolution au Rojava.

Il y est décédé le 9 Février suite à un bombardement opéré par les forces turques de Recep Tayip Erdogan.

Ses idéaux libertaires et révolutionnaires l’avaient conduit à s’intéresser à l’expérience politique du Rojava, puis à s’engager aux côtés des forces kurdes et de leurs alliés (arabes, yézhidis…). Il partageait avec elles des idées anti-impérialistes, anti-fascistes, anti-sexistes, écologiques et pour un municipalisme libertaire, respectant le droit de tous les peuples à maitriser leur destin.

Après s’être formé auprès des YPG (Unités de Protection du peuple), il a rejoint le Tabur YPG international ex Antifa Tabur  avec lequel il a combattu l’organisation terroriste Daesh d’abord à Raqqa puis dans la région de Deir-Ezzor.

Alors que la lutte contre l’ « Etat islamique » touchait à sa fin, une autre organisation de terreur, étatique cette fois, à savoir la Turquie d’Erdogan, a lâchement attaqué un des rares cantons de Syrie encore épargné par la guerre, que ce soit celle d’Assad contre son propre peuple ou celle de Daesh contre le monde. Cette région servait de refuge à une partie de la population syrienne.

Notre ami s’est alors immédiatement porté volontaire pour combattre cette nouvelle menace, alors qu’il commençait à penser à son retour parmi les siens.

L’absence de réactivité – voire la complicité – des grandes puissances face à la tentative turque de génocide à Afrin montre clairement que ce n’est pas à elles qu’on peut faire confiance pour lutter contre les dérives fascistes. La Russie, les États-Unis et l’Europe n’ont en vue que les intérêts de leurs classes dirigeantes. Au contraire, seule la solidarité entre les peuples contre les états impérialistes permet de faire avancer une réelle démocratie.

Même si tous ses amis ne partageaient pas la radicalité de son engagement, et l’appréciaient principalement pour son caractère enjoué et sa générosité, nous sommes convaincus qu’Olivier est mort pour une cause juste : celle d’une société libertaire, égalitaire et écologique.

Un rassemblement pour lui rendre hommage sera organisé prochainement.

NB : Aux journalistes : La famille d’Olivier a expressément demandé à ce qu’on ne l’importune en aucune manière. Nous espérons pouvoir compter sur vous pour respecter cette volonté.

De plus, c’est en tant que breton et brittophone qu’il est parti, il ne se considérait pas comme français, merci de respecter ce choix également.

Kendal Breizh
Baran Galicia (Galice)

Une manifestation en solidarité avec Afrin au Rojava est organisée samedi 17 février à 12h au kiosque à Morlaix à l’appel du collectif du pays de Morlaix de solidarité avec Afrin.

La Gauche indépendantiste appelle à se mobiliser massivement à cette occasion pour témoigner de sa solidarité avec le peuple kurde en lutte contre l’État fasciste turc d’Erdogan en ce moment à Afrin au Rojava. En solidarité également avec les combattants internationaux des YPG / YPJ qui tentent aux côtés des kurdes de repousser les troupes turques et islamistes hors d’Afrin.

Alors que la dernière manifestation de soutien bretonne au peuple kurde et ses alliés a été attaquée par des soutiens d’Erdogan samedi dernier à Brest, soyons nombreux dans les rues de Morlaix afin de scander haut et fort :

Fascistes hors de nos rues !

Troupes fascistes hors du Rojava !

Solidarité avec Afrin !

La manifestation Brestoise en solidarité avec Afrin au Rojava a été attaquée par des fascistes Turcs pro-Erdogan. Les manifestants ont repoussés les agresseurs qui auraient été interpellés par la police.

Une autre manifestation aura lieu à Morlaix dès samedi prochain. Présence massive souhaitée.

Voici le récit qui circule sur les réseaux sociaux :

AGRESSION ISLAMO-FASCISTE DES PRO ERDOGAN à la manifestation de solidarité avec Afrin à Brest cet après-midi !

Lors du rassemblement à Brest en soutien avec Afrin à l’appel des Amitiés Kurdes de Bretagne, ou une délégation du Collectif du Pays de Morlaix de solidarité avec Afrin était présente, un groupe d’islamo-fascistes, arborant le drapeau turc ont violemment agressé le rassemblement composé entre autre de femmes, d’enfants en bas âge, 5 personnes blessées, des kurdes, dont certains visiblement gravement (aux yeux)…

Les agresseurs ont été repoussés par les manifestants aux cris d’Erdogan Fasciste, Afrin solidarité… La police est arrivé et aurait arrêté 3 fascistes, les autres ayant pu s’enfuir. Les blessés ont été emmenés à l’hôpital et devraient porter plaintes dans la foulée.

Nous ne pouvons admettre que les fascistes turc se comportent en toute impunité lors d’un rassemblement pacifiste en solidarité avec Afrin !

La riposte la plus large doit être apportée à cette agression inadmissible.

Le Collectif du Pays de Morlaix de Solidarité avec Afrin apporte toute sa solidarité avec les personnes blessées et nous appelons à la vigilance contre ce déferlement de haine.

Nous ne nous laisserons pas intimider et appelons dès aujourd’hui à un rassemblement le samedi 17 février à 12 heures au kiosque à Morlaix.

Fascistes hors de nos rues !

Solidarité avec Afrin !

Troupes fascistes hors du Rojava !

L’antenne Brestoise des Amitiés Kurdes de Bretagne appelle à la mobilisation dans cette même ville.

Voici le texte d’invitation:

L’antenne de Brest des Amitiés kurdes de Bretagne organise un rassemblement ayant pour objet de protester contre l’intervention militaire de la Turquie dans la région d’Afrin en Syrie, samedi prochain 10 février 2018 à partir de 14h30. Il se tiendra place de la Liberté, à proximité du Monument aux Morts Esplanade Général Leclerc, square Mathon, avec prise de parole.

Tous les Brestois sont invités à soutenir cette action. Un appel est lancé à tous les militants des organisations démocratiques : parti politiques, syndicats, associations.

 

Muioc’h evit 1000 den o doa dibunet d’an 03 a viz C’hwevrer e Naoned da heul galv kevredigezhioù Kurd. Ar pal a oa da c’houlenn groñs e vefe lakaet un termen d’ar bombezadegoù turk e Afrin, al lodennig eus Rojava a glask aloubiñ an arme Durk asambles gant soudarded DAESH.

Daoust d’ar glav e oa deuet niverus Kurdiz Breizh hag o mignoned da zibuniñ e kêrbenn Breizh. En o zouez e oa deuet stourmerien Breizh dizalc’h ha sokialour da embann o c’henskoazell gant Kurded ha pobloù ar Rojava koulz hag o c’hengred d’an etrebroadelourien, en o mesk Bretoned, aet di da vrezeliñ.

Un tolpadeg all zo bet ivez e Montroulez disadorn , bihanoc’h avat, e-lec’h ma oa bet ivez dizalc’hourien Breizh .

Berin Kobane

Kriz abominapl eo an emgannoù e Afrin, soudardezed ha soudarded YPG/YPJ a gouezh niverus dindan bombezennoù arme Turkia evel ma vez lazhet bemdez siviled ha bugale en o zouez gant an hevelep re. Jahinet zo bet ur stourmerez YPJ kouezhet etre krabannoù an islamourien harpet gant arme Ankara.

Berin Kobane bet tapet o tifenn Afrin gant teir maouez all zo bet gwallgaset en ur mod spontus, korf ar stourmerez a 23 bloaz zo bet muturniet ha filmet gant he jahinourien.

Evit poent n’eo ket gwall brim an aozadurioù etrebroadel o tiskouez bezañ prederiet gant tonkad kriz Afrin. Ne c’hell kontañ ar gurdiz nemet war ar c’henskoazell etrebroadel ha war o barregezh da daliñ ouzh an arme durk ez-pleustrek. Embann a ra ar YPG/YPJ bezañ lazhet kantadoù a soudarded turk.

Manifestadegoù damheñvel a oa bet dre ar bed holl d’ar sadorn 03 a viz C’hwrever: Sydney, Pariz, Dortmund, Tolosa, Marsilha, Strassburg, Barcelona, Stockholm…

Ur skoazell pleustrek a c’heller degas d’ar stourmerien etrebrodelour strollet dindan bannieloù ar YPG/YPJ zo war an talbenn en ur ober un donezon d’ar skoazell ruz etrebroadel : IBAN : CH82 0900 0000 8555 9939 2 – Communication : « Celox ».

Naonediz war talbenn Raqqa un nebeud sizhunvezhioù zo

 

Le canton d’Afrin à l’ouest du Rojava (Kurdistan de “Syrie”) libéré en 2012 par les YPG/YPJ Kurdes est la cible d’une violente attaque des troupes du dictateur Turc Erdogan et de ses alliés Islamistes liés à Al Qaida ou DAESH.

C’est une invasion Turque d’un territoire administré par des Kurdes provoque un importante résistance sur le terrain militaire de la part des YPG et des YPJ et de leurs alliés au sein des Forces Démocratiques Syriennes. Toutes les organisations communistes Turques ont appelés à défendre Afrin au coté des Kurdes, notamment celles impliquées dans le bataillon international de libération (TIKKO, MLKP, MKP…). Les volontaires étrangers, dont des bretons, au sein des YPG ont fait savoir dans une vidéo leur volonté de contribuer à faire d’Afrin un nouveau Kobane pour les forces militaires Turques et leurs alliés islamistes de DAESH.

https://www.youtube.com/watch?v=BmdVfBbCIG4

 

Cette invasion de cette partie du Rojava n’est possible qu’avec la complicité des grandes puissances : Russie, USA et France.

L’ensemble des forces Kurdes et révolutionnaires Turcs appellent à manifester et se mobiliser pour Afrin partout en Europe. C’est une bataille importante dans la lutte de libération nationale du peuple Kurde. Cette bataille s’annonce très meurtrière.

Manif pour Afrin à Rennes

Chacun peut prendre part à ce combat. Des rassemblements ont dèja eu lieu dans les grandes villes européennes sous le mot d’ordre “#AfrinIsNotAlone“, Afrin n’est pas seule.

De nombreuses organisations indépendantistes Basques, Catalanes, Galloises, Flamandes appellent à la mobilisation.

Des syndicats comme UNISON au Royaume-Uni ont fait part de leur inquiétudes à leur gouvernement, l’ensemble des forces progressistes et révolutionnaires semble se mobiliser.

Le samedi 27 janvier rendez-vous à Rennes sur  la place de Colombier (Métro Charles de Gaule), à partir de 14h, défilé 14h30 à l’appel des associations Kurdes et des Amitiés Kurdes de Bretagne. D’autres initiatives suivront.

Vous pouvez faire un don en ligne pour aidez contrêtement les volontaires internationalistes engagés au Kurdistan.

Des militants indépendantistes bretons solidaires du Kurdistan.

Beaucoup d’internationalistes sont allés combattre au Kurdistan contre DAESH. Certain-e-s dans les rangs des forces Kurdes (YPG/YPJ ), d’autres dans des structures internationalistes tel le Bataillon International de Libération. Le Secours Rouge a réalisé une interview du commandant de cette structure que nous publions. Ses analyses et réflexions sont riches d’enseignements sur l’expérience internationaliste sur place, au regard des derniers développements militaires. Par ailleurs la campagne de solidarité avec le Bataillon et les autres combattants internationalistes continue

Bretagne-info

Peux-tu te présenter et nous expliquer comment le commandement du Bataillon International de Libération est-il organisé ?

Je m’appelle Mahir Bakirciyan, je suis combattant du TKP/ML TIKKO et commandant du Bataillon International de Libération (BIL) Le mandat d’un.e commandant.e du BIL est de trois à quatre mois. À la fin de cette période, les quatre organisations constituantes du BIL (BÖG, TKP/ML TIKKO, MLKP et IRPGF) se réunissent et choisissent le.la nouveau/elle commandant.e. Nous utilisons une rotation afin qu’a chaque fois il/elle soit issu.e d’une organisation différente que le/la dernier.ère en place.

L’opération de Raqqa s’est terminée sur une victoire historique. De Manbij à Raqqa quelle en est son importance historique, stratégique et    tactique ? Qu’en est-il du point de vue de la construction de la révolution au Rojava ?

La libération de Raqqa est le fruit d’un long et difficile combat contre les gangs fascistes de l’État Islamique (EI). Un combat qui a demandé d’énormes sacrifices aux peuples kurde et arabe ainsi qu’aux volontaires internationalistes. Depuis la défense héroïque de Kobané, nous sommes passé.e.s à l’offensive en libérant de nouveaux territoires et en gagnant ainsi plus de terrain pour que la révolution s’enracine. Manbij était un objectif stratégique capital. La ville servait de deuxième capitale pour l’EI. Elle facilitait le transport de troupes, de ressources et de munitions depuis la Turquie. Elle permettait aussi de défendre le front ouest de Raqqa et constituait un obstacle pour le combat d’unification des trois cantons du Rojava. Sa libération fut une grande victoire pour les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) mais eut un coût énorme en vies. Malheureusement, après cela les opérations pour Jarablus et Al-Bab ont été mises en suspens à cause de l’intervention criminelle de la Turquie qui protège ses alliés de l’EI.

L’étape suivante fut le lancement de l’opération pour Raqqa avec sa longue et difficile avancée au sud sur plusieurs fronts à la fois. Elle consistait autant en des mouvements offensifs que défensifs et le BIL était toujours au cœur de l’action. Début juin l’attaque sur la ville elle-même a commencé. Nous avons pu appliquer tout ce que nous avions appris sur la guerre urbaine à Kobané et à Manbij. Nos tactiques ont continué à se développer et à s’ajuster pour faciliter l’évolution constante de la doctrine militaire des FDS. Par exemple, nous avons eu une approche beaucoup plus précise sur les mouvements offensifs que lors des opérations précédentes. Nous avons déployé moins d’unités afin d’utiliser des unités mécanisées et des véhicules blindés de manière innovante. Les armes lourdes, l’artillerie et les frappes aériennes nous ont permis de bombarder les zones d’opération. Ainsi, nous avons pu contrer tant les vieilles que les nouvelles tactiques de nos ennemis fascistes, comme l’utilisation de drônes de reconnaissance ou de combat, les armes improvisées,   le minage des zones de combat et la construction de réseaux de tunnels. Après quatre mois d’opérations intensives, nous avons pu libérer Raqqa. Ce fut un coup décisif dans notre combat contre l’EI, tant sur le plan stratégique, idéologique que symbolique. L’esprit révolutionnaire des peuples du Rojava a ainsi pu détruire un ennemi que beaucoup ont fui.

La suite est : .

Une fois de plus, nous pouvons voir à quel point la solidarité et l’antifascisme sont bien ancrés en Bretagne. En ce moment, les nouvelles du Rojava sont inquiétantes avec la menace de l’état fasciste turque le long de la frontière au nord, alors que les combattants kurdes et internationaux sont en pleine lutte contre Daesh pour la libération de territoires et de ville comme Raqqa.

Jusqu’à maintenant les Syrian Democratic Forces parviennent à maintenir libre les territoires sous leur protection et même à gagner du terrain comme dans la ville de Tabqa ou sur le front de Raqqa. C’est pour soutenir les militants révolutionnaires du Rojava que quelques breton-ne-s ont décidé d’organiser un fest-noz. L’argent récolté lors de ce fest-noz servira à venir en aide aux combattants de l’IFB (International Freedom Battalion) et des Syrian Democratic Forces.

Pour être plus précis, des pansements hémostatiques qui servent à stopper les hémorragies dues aux blessures par balles seront achetés et envoyés sur le terrain. Ce fest-noz sera organisé le 3 juin au Cloître-Saint-Thégonnec. Une personne ayant fait le voyage jusqu’au Rojava viendra raconter son expérience à partir de 19h30. Les concerts commenceront à partir de 20h30.

Les organisateurs ont lancé une collecte d’argent sur Internet (https://fr.ulule.com/fest-noz-solidaire/) pour acheter les différentes affaires nécessaires à l’organisation de la soirée. “Nous avons besoin d’un peu d’argent d’avance pour imprimer les affiches, acheter la nourriture, la décoration de la salle ou encore la location d’un barnum, …” nous dit Jarlez, l’un des organisateurs. “Vous écouterez de la bonne musique et vous vous régalerez avec les différents plats préparés par les bénévoles” poursuit Jarlez. Une soirée solidaire dansante et plaisante en perspective !

Visuels de t-shirts proposés sur la page du crowdfunding pour le fest-noz

Ur wech c’hoazh e vez gwelet penaos eo plantet mat ar c’hengred hag ar stourm enepfaskour e Breizh. Keleier Rojava a zo nec’hus er mare-mañ, gant an durked gourdrouzus e-tal-kichen an harz. Ouzhpenn d’o emgann a-enep faskourien ar strollad Daech e tle ar gurded mont da vrezeliñ a-enep faskourien stad Turkia. Neuze, evit prenañ dafar pareañ, un nebeud bretoned ‘neunt dibabet aozañ ur fest-noz. An arc’hant a-bezh a vo implijet evit sikour ar gurded ha stourmerien etrebroadelour an IFB (= International Freedom Battalion, a stourm gant ar Syrian Democratic Forces ‘benn ar fin).

Evit bezañ resisoc’h, lienadoù omeostatik a servij da louzaouiñ ar goulioù a vo prenet ha digaset dezhe. Ar fest-noz-se vo aozet d’an 3 a viz Even er C’hloastr-Plourin hag an aozerien ‘neunt lañset un dastumadeg arc’hant war ar rouedad evit prenañ dafar aozañ :
Evit moulañ ar skritelloù, fardañ ar boued, feurmiñ un deltenn vras ‘meump ezhomm eus un tammig arc’hant en a-raok” eme Jarlez, unan eus an aozerien. “Selaou a reoc’h arzourien a-feson hag e tebroc’h boued lipous“.
Un abardaevezh kengret ha plijus da zont !

T-shirtoù kinniget war ar raktres crowdfunding