Tag

Solidarité Breizh-Kurdistan

Browsing

10 ans après l’assassinat de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Shaylemez en plein Paris par un agent des services turcs, le mouvement de libération du Kurdistan est de nouveau frappé par un attentat. Un individu fasciste français a assassiné le 23 décembre trois militants kurdes, et en a blessé trois autres, déclenchant l’émoi et la colère de la communauté kurde, et plus généralement des progressistes et des révolutionnaires d’Europe et du monde.

Arrêtons les circonvolutions, au travers de l’acte perpétré par un individu gavé aux discours d’extrême-droite et s’étant rendu coupable il y a un an d’une attaque sur un camp de migrants, c’est la gauche kurde qui était visée. Avec ou sans l’aide des services Turcs le résultat est le même, il sert leurs intérêts. C’est un acte de terreur typiquement d’extrême-droite, à l’instar de ceux de l’OAS des années 1960 ou du GAL des années 1980.

En Bretagne, deux mobilisations ont eu lieu le lundi 26 décembre à Lorient et à Rennes pour rendre hommage aux trois militants kurdes tombés en martyrs vendredi à Paris.

 

 

Plusieurs centaines de manifestants kurdes et internationalistes ce soir à #Lorient en hommage aux 3 militants #Kurdes assassinés à #Paris10 Sehid Namirin !✌Biji #Kurdistan ! @reseauserhildan @Le_CDKF @war_sav @AmKurBret pic.twitter.com/xoOZKg8LST

La manifestation lorientaise a rassemblé plusieurs centaines de personnes tandis qu’à Rennes ont défilé un millier de personnes sous les mots d’ordres de justice et vérité pour les militants kurdes assassinés. Les militants de la Gauche Indépendantiste étaient bien évidemment présents à ces mobilisations. A Rennes notre camarade Anton Burel a rappelé notre solidarité au mouvement de libération du Kurdistan. 

« La gauche indépendantiste bretonne War-Sav tiens ici à rendre hommage aux 3 militants et militantes kurdes assassinés à Paris Emine Kara, Mîran Perwer et Abdurahman Kizil. 10 ans après l’assassinat de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Shaylemez resté impuni, les fascistes assassinent à nouveau dans les rues de la capitale française. Face à ces attaques, nous devons nous mobiliser pour que ces actes soient jugés pour ce qu’ils sont : des attentats terroristes. L’État français doit lever le voile et notamment le secret défense pour que toute la lumière soit faite, notamment sur les commanditaires de ces assassinats : les services secrets turcs. L’État français laisse les fascistes assassiner impunément les militants du mouvement de libération du Kurdistan, cette impunité doit cesser immédiatement. 

Bezomp niverus d’ar seizh a viz Genver e Pariz evit ma vo justis ha gwirionez evit hor c’hamaladed merzher. Soyons nombreux et nombreuses à Paris le 7 janvier pour exiger justice et vérité pour nos camarades martyrs. Sehid namirin !

Stourmomp asambles evit ma vo trec’h stourmerien ha stourmerezed ar PKK hag evit ma vo Kurdistan dieub unvan ha sokialour ! »

Si lors des prises de paroles à la fin de la manifestation de Lorient, notre camarade Fabris Cadou a lui assuré nos camarades kurdes de la solidarité internationaliste et révolutionnaire de la gauche indépendantiste, nous avons rappelé le droit des peuples à disposer d’eux-même, la revendication partagée que le PKK soit retiré de la liste des organisations terroristes, notre soutien aux combattants des YPG-YPJ avant de conclure en rendant hommage à notre camarade Kendal Breizh assassiné par l’armée turque en février 2018 à Afrin lors de la bataille contre l’Etat Islamique.

http://

Comme l’ont affirmé nos camarades kurdes lors des prises de paroles à Rennes et Lorient, nous ne croyons pas un instant à la thèse qui accrédite un acte perpétré par un individu isolé. Le lieu choisi ne doit rien au hasard, c’est au centre culturel kurde de Paris qu’allait se tenir une réunion de préparation sur la commémoration du 10e anniversaire des attentats de Paris. Le choix des cibles ne doit rien au hasard lui non plus. Emine Kara était la responsable du Mouvement des femmes kurdes en France et est intervenue lors d’une réunion à Rennes il y a peu, Abdurahman Kizil était réfugié depuis le Kurdistan du Nord et  Mîran Perwer, un chanteur bien connu dans la communauté originaire de Muş-Varto au Bakur (Kurdistan du Nord), s’était produit en concert le 17 décembre à Saint Aubin du Cormier en Bretagne pour l’anniversaire du PKK il y quelques jours.. 

La mobilisation continuera en Bretagne, nous vous tiendrons informer des dates de manifestation à venir. Nous appelons d’ores et déjà nos militant.e.s, nos sympathisant.e.s et l’ensemble des progressistes et révolutionnaires de Bretagne à se rendre le 7 janvier à Paris pour exiger justice et vérité pour les kurdes assassinés dans la capitale française et à participer aux activités de solidarité avec le peuple Kurde qui pourraient émerger en Bretagne .  

 

http://