Category

Social / Sokial

Category

De nombreuses mobilisations contre la remise en cause des libertés académiques ont dénoncé ces derniers mois la volonté de mise au pas du corps enseignant et des chercheurs-chercheuses .[Lien]

La dernière attaque vient directement du ministre de l’éducation nationale Monsieur Blanquer, et de la ministre de la recherche Madame Vidal, qui stigmatisent les enseignantEs, chercheurs et chercheuses avec des termes complotistes d’extrême droite (le très fantasmé islamo-gauchisme, resucée à peine déguisée du tristement célèbre, et tout autant fantasmagorique judéo-bolchévisme). Les milieux syndicaux de la recherche nous ont transmis ces jours-ci plusieurs informations inquiétantes sur cette progression de l’emprise du politique sur la recherche en général, et sur les chercheurs et chercheuses qui la font. Petit résumé de ce qui se passe concrètement.

La direction du CNRS, nommée directement par le gouvernement, vient de décider qu’elle voulait pouvoir passer outre les classements scientifiques pour les embauches. Comment cela se passe-t-il ? Pour un poste de recherche au CNRS, un jury de section (un tiers nommé par le gouvernement, un tiers élu par leurs pairs) dresse une liste des candidats admissibles, par ordre de mérite scientifique. Un.e seul.e candidat.e de cette liste obtient réellement ce poste unique et, sauf exception, c’est la personne admissible classée le plus haut par le jury. Ces dernières années, la direction intervenait de plus en plus sur les classements, ce qui soulevait de très âpres discussions, voire des procès. [lien]

 

La direction du CNRS a décidé de mettre fin aux finasseries : dorénavant, les listes des candidats classés admissibles par ordre de mérite après leur audition au concours ne seront plus publiées et le Service des concours transformera ces listes en listes de candidats classés par ordre alphabétique. La direction fera ensuite son marché dans la liste devenue opaque. C’est donc directement le pouvoir politique qui choisit qui mènera des recherches pour le restant de sa carrière, ramenant les jurys de scientifiques à une sorte de droit de veto préventif. C’est un pas de plus dans la perte des libertés académiques. Les candidat.e.s politiquement lisses ou carrément LREM gagnent la possibilité d’influencer les recherches françaises pour les quarante années suivantes.

Filtrer politiquement à l’entrée en poste n’est manifestement pas assez, l’emprise du politique guette aussi les chercheuses et chercheurs en postes. Les ministres de l’éducation et de la recherche ont demandé à grand renfort de médias l’installation d’un polissage politique des productions scientifiques. Voici comment ils s’y prennent. L’organisme d’évaluation des chercheuses et chercheurs en France est le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES pour les intimes – attention ce n’est pas la même instance que pour les enseignants chercheurs des universités). Des réseaux de chercheurs y alertent sur l’apparition de cadres de LREM dans l’organigramme. Et comme en écho aux sirènes d’extrême-droite de Darmanin, cela ne va pas sans courbettes à l’extrême droite. Le directeur de l’évaluation de la recherche pour l’HCERES est Pierre Glaudes.

 

Le même qui a donné une conférence en 2019 pour l’Action Française.

 

 

Un chercheur de Bretagne témoigne : « Ce n’est pas abstrait. Comme des centaines de chercheurs ce mois de mars, je suis astreint à rendre à l’HCERES un compte rendu et projet de recherche sur 10 ans. Je viens de le poster. La description de l’objet de mes recherches va être jugée par des “pairs” dont personne de mes collègues connu.e.s ne fait partie. In fine, c’est Pierre Glaudes qui est responsable de l’évaluation scientifique de mon travail, et les ministres viennent de le sommer tout à fait officiellement d’inclure une dimension politique dans son jugement. »

 

Ces signes de noyautage politique, de flicage décomplexé et de porosité avec l’extrême-droite montrent que nous devons nous attendre à des attaques profondes du système de recherche dans la période pré-électorale à venir. Tenons-nous prêt.e.s. Les conséquences de privations des libertés académiques ont un impact social dramatique sur un temps très long.

 

Photo de Une : La ministre Vidal a eu droit à un message en langue Bretonne sur la Quatre Voies entre Guingamp et Lannion.