Category

Vie politique / Buhez politikel

Category

Nous souhaitons, par le biais de cette tribune collective à l’initiative d’élu.e.s locaux, mettre au jour et dénoncer les pratiques de la préfecture des Côtes d’Armor à propos du sort réservé aux jeunes migrants non accompagnés, mineurs ou jeunes majeurs arrivés mineurs précédemment.

Certains sont présents sur le département depuis plusieurs années, ont été pris en charge à leur arrivé par les services de la préfecture au titre de l’obligation à la protection de l’enfance, puis expulsés de ce dispositif sur des critères on ne peut plus subjectif. Une fois sortis du dispositif, ils ont pour la plupart trouvé un hébergement solidaire en famille, sans aucune aide de l’Etat, il est important de le préciser. Ils ont pu pour beaucoup d’entre eux s’inscrire dans des formations diplômantes afin de réaliser ce pourquoi ils sont venus ici, c’est-à-dire travailler.

Or une fois expulsés du dispositif, la préfecture des côtes d’Armor ne souhaite plus les voir et ne leur propose même pas de rendez-vous pour étudier une autorisation de séjour et donc de travail. Beaucoup d’entre eux avaient trouvé un employeur pour la rentrée de Septembre en apprentissage, une inscription en CFA et l’espoir d’une situation moins compliquée. Les employeurs avaient prévu leur commande en fonction et planifié leur année de travail. Mais pour cela, il leur faut le récépissé de demande d’autorisation de séjour et c’est là que ça bloque.

Depuis la crise sanitaire, la préfecture a changé maintes fois le procédé pour obtenir un rendez-vous, jusqu’à n’accepter plus que ceux qui sont toujours sous le dispositif départemental, ce qui est pratique lorsque la moitié des jeunes en sont exclus. Il n’y a aucun interlocuteur à la préfecture, juste une boîte mail dont on n’obtient jamais aucun retour. Plus de trois mois ont passé depuis les demandes de rendez-vous et toujours rien. Des jeunes sans emploi, sans aucun revenu, la peur d’une OQTF° en voyant la politique gouvernementale se raidir et s’extrême-droitiser de plus en plus, des employeurs démunis qui écrivent à la préfecture et qui ne reçoivent aucune réponse !

Combien de temps cette situation honteuse et dramatique pour ces jeunes va-t-elle durer ? Et combien de drames d’ici là ?

Nous, élus locaux bretons proches des familles qui localement s’impliquent dans la solidarité avec ces jeunes migrants, tenons à dénoncer cette situation ou le règne de l’arbitraire fait loi, où deux ou trois personnes depuis leurs bureaux peuvent décider toutes seules de l’avenir de dizaines de jeunes complètement démunis, d’entreprises qui le sont tout autant, sur des critères qui n’appartiennent qu’à eux et pour lesquelles ils n’ont pas à se justifier.

Nous exigeons que toutes les demandes d’autorisation de séjour déposées depuis cet été soient traitées prioritairement et dans les délais les plus courts, sans aucune distinction quant à la prise en charge ou non par les services départementaux. Ces jeunes et ces employeurs ne peuvent pas être les victimes collatérales de la crise sanitaire.

Pour une Bretagne fraternelle,

 

° OQTF = Obligation de Quitter le Territoire Français

 

Les signataires de la tribune : Guillaume Bricaud, Quentin le Hervé, Erwan Guizouarn, Martine Trapon, conseillers municipaux et Catherine Boisliveau, adjointe aux affaires scolaires à Plounévez-Moëdec. Florence Le Gall conseillère municipale à Plouaret, Gérard Bonvalet, adjoint au maire de Plougonver, Gérard Barré, Ghislain Bernard et Florence Lelieu, conseillers municipaux de Ploumilliau, Arnaud Meunier, premier adjoint et Maod Ambroise conseillère municipale à Belle-Isle-en-Terre, Gael Roblin conseiller municipal à Guingamp, François Vanghen conseiller municipal Ploubezre, Jean-Yves Callac, Trefina Kerrain conseillers municipaux à Lannion, Pierre Huonnic, conseiller municipal à Plouguiel, Manuéline Harrivel, Pierrot Normant conseillers municipaux à Saint-Agathon, Armelle Fustec conseillère municipale à Brelidy, Christelle Bergerot conseillère municipale à Mantallot, Pierre Huonnic ; conseiller municipal à Plouguiel, Laure-line Inderbitzin, maire adjointe jeunesse et culture, Callac, Alain Dottin, Philippe Clech, Cécile Le Du, Cédric Chevallier, Pierre-Yves Abhervé, conseillers municipaux à Carnoët Stéphane Favrais, maire adjoint en charge de la proximité et de la participation citoyenne, Juliana San Geroteo, conseillère municipale de proximité de Saint-Brieuc, quartier est, missionnée attractivité et tourisme, Marie-Jo Brolly, conseillère municipale et conseillère d’agglomération Saint Brieuc.