Category

Réunification / Adunaniezh

Category

Les initiateurs de la manifestation de Nantes en faveur du droit à décider et de l’unité de la Bretagne ne comptaient pas laisser passer l’occasion du Festival Interceltique de Lorient dont le pays de Galles était l’invité central sans faire savoir que le débat sur l’évolution institutionnelle de la Bretagne doit se dérouler dans la rue.

La Coordination Démocratique de Bretagne est le nom générique des organisateurs de la manifestation de Nantes du 29 septembre.

Après la manifestation de Karaez en ouverture des Vieilles Charrues c’était le deuxième rendez-vous revendicatif de cet été. Il est toujours difficile de mobiliser en période estival et d’y tenir un message politiquement audible. D’autant plus que Lorient n’avait pas connu de manifestation politique depuis 2005 pendant le festival. Mission réussie pour la centaine de manifestants qui a souligné la différence existant entre le statut du Pays de Galles et la Bretagne et l’absence totale de perspective de consultation du peuple breton dans les propos des aménageurs, ministres et autres élus régionaux.

C’est une manifestation, jeune, dynamique et colorée qui parcouru la ville sous le soleil, avec une présence remarquée du collectif “Bak e Brezhoneg”. Un discours percutant a été tenu en breton et en français sur le contexte politique et les suites de la campagne pour le droit à décider.

Un discours soulignant la nécessité de bousculer la légalité pour gagner des droits collectifs.

Prochain rendez-vous le 29 septembre à Nantes !

 

Merci à tous et toutes d’être présents aujourd’hui à ce rassemblement pour le moins original car nous n’y demandons rien à l’état français.

Nous sommes là pour affirmer que le peuple breton doit pouvoir exercer son droit à l’autodétermination, son droit à choisir le périmètre de son territoire et les compétences qu’il souhaite lui-même exercer.

Alors que des politiciens professionnels sans aucun mandat nous parlent d’Eurorégion et de Pacte Girondin — qu’ils entendent marchander sans nous consulter — nous voulons réaffirmer avec force que le peuple breton doit être consulté et doit s’organiser pour l’être.

Pour s’organiser afin de construire notre pays de Brest à Clisson il ne faut pas jouer les règles du jeu imposé par l’état central. Dans la constitution de 1958 notre existence en tant que peuple breton est niée. Il faut bousculer la légalité et imposer ici la mise en place d’une consultation populaire dans l’ensemble de la Bretagne. Que ceux qui parlent en notre nom se positionnent sur cette exigence fondamentale : le peuple breton doit-il être consulté ou doit-on continuer à faire confiance à des élus et à des lois qui sont là pour nous faire avaler le point de vue de Paris ?

Il ne sert à rien de demander plus de pouvoirs pour la Bretagne si nous ne prenons pas collectivement nos responsabilités pour s’organiser ici pour exercer ce droit à décider sans l’avis de Paris.

Quand un peuple se veut tel il n’a qu’un devoir l’insoumission !

Notre histoire récente est pleine d’exemples démontrant la nécessité de l’insoumission pour faire progresser la démocratie et nos droits en tant que peuple :

En 1924 : Joséphine Pencalet militante communiste, syndicaliste et féministe de Douarnenez est élue au conseil municipal de Douarnenez alors même que les femmes n’avaient ni le droit de vote ni le droit d’être élue. Le conseil d’état annulera son élection mais c’est ce genre d’actions qui a permis aux femmes d’accéder à ces droits fondamentaux !

En 1934 : 346 communes de toute la Bretagne (Pays Nantais inclus) délibèrent sans l’autorisation de Paris pour l’enseignement du breton à l’école. C’est la première initiative publique pour revendiquer une place pour la langue bretonne dans l’enseignement. On mesure aujourd’hui le chemin parcouru dans les mentalités collectives.

En 1977 : la première école Diwan est ouverte à Ploudalmezeau face au refus d’accorder la moindre place à la langue breton à l’école, et ce sans aucune autorisation ! Vous connaissez la suite !

En 1984 : les militant·e·s de Stourm ar Brezhoneg noircissent les premiers panneaux routiers, grâce à eux/elles cette année l’état français a du céder face à la revendication du bilinguisme routier sur les routes dont il a la compétence. A nous de veiller à ce que les habitants du département de Loire-Atlantique bénéficient des mêmes droits.

En 1994 : le conseil régional de Bretagne administrative délibère et accorde un subvention pur la création du premier Lycée Diwan de Karaez malgré la loi Falloux. Le tribunal administratif, sur pression du Préfet (véritable consul de Paris en Bretagne) fait annuler la subvention. Suite à la mobilisation populaire des solutions sont trouvées. Nous suggérons d’ailleurs à la majorité actuelle de faire de même en accordant une subvention exceptionnelle à Diwan pour cette rentrée afin d’en terminer avec les contrats aidés et la précarité pour les emplois non-enseignants. Raz le bol des belles paroles, nous voulons des actes d’insoumission face à Paris et à cette constitution et ces lois qui ne sont pas adaptés à notre réalité !

En juin 2017 : 15 lycéens de Diwan mettent leur avenir en jeu et rédigent certaines copies du bac en Breton malgré l’hostilité de l’éducation nationale. Cet acte revendicatif ne les empêchent pas d’obtenir leur diplôme et permet de poser publiquement la question du droit à suivre une scolarité de façon cohérente de le maternelle à l’université.

Nous avons entendu une bonne partie de la classe politique locale s’esbaudir devant le courage des lycéens. Mais qu’ils s’en inspirent, qu’ils s’insoumettent et qu’ils s’engagent à organiser un référendum avec la société civile ici avec ou sans l’autorisation de Paris pour débattre des limites de notre pays et du degré de souveraineté que nous devons exercer.

Les gallois ont pu voter en 1979, 1997 et 2011 sur les compétences de leur parlement et ont leur mots à dire sur la politique linguistique, scolaire, mais aussi sur le logement, les transports…

Certains font campagne pour un nouveau référendum au Pays de Galles, comme d’autres demandent une consultation en Irlande sur le maintien de la frontière et l’unité de l’ile. Fin juillet à Inverness 15 000 personnes ont défilés pour exiger la tenue d’un second référendum en Écosse sur l’indépendance.

A l’instar des catalans il y a 10 mois nous devons nous organiser pour qu’en Bretagne ce débat du droit de décider pour les peuples sans état irrigue toute notre société d’un vivifiant débat citoyen pour en terminer avec la constitution de 1958 et construire ici une société plus juste et la démocratie de proximité.

Notre capacité a faire reculer l’état central de façon définitive ou partiel sur des projets imposés comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les projets miniers et extractivistes, la fermeture de la maternité de Guingamp prouve que quand les bretons luttent le pouvoir central recule.

C’est au peuple par sa mobilisation d’imposer un débat de fond sur cette question du droit de décider de Brest à Clisson !

La manif d’aujourd’hui n’est qu’une étape avant celle de Nantes le 29 septembre !

Rejoignez nous, organisons-nous !