Tag

bretagne

Browsing

Le seul bulletin de vote capable de faire émerger une force crédible, émancipatrice, solidaire, réellement écologiste et à gauche du PSF en Bretagne, le dimanche 14 mars, sera celui d’Europe Ecologie Bretagne.

C’est pour cela que BREIZHISTANCE-PSB a fait le choix de proposer et soutenir les candidats de la Gauche indépendantiste sur la liste Europe Ecologie Bretagne. Il est clair que le peuple Breton n’acceptera jamais le projet Sarkozyste porté par Bernadette Malgorn, et que nous devons clairement nous y opposer. Mais nous rappelons que plus le score d’Europe Ecologie Bretagne au premier tour sera élevé, meilleures seront les chances de bousculer l’hégémonie du PSF en Bretagne. C’est aussi parce que nous avons l’objectif de défendre un projet solidaire et
émancipateur pour le peuple Breton que nous affirmons que la liste Europe Ecologie doit maintenir une position autonome vis à vis du PSF, et que nous déclarons d’ores et déjà que nous n’appellerons pas à voter
pour le PSF au second tour.

Il nous semble que de nombreux candidats d’ouverture présents sur la liste EEB et de trés nombreux électeurs bretons sont pour l’émergence d’une gauche bretonne indépendante vis-à-vis du PSF.

Les propositions que nous défendons avec la liste Europe Ecologie Bretagne s’inscrivent clairement dans la voie d’un parlement pour le peuple Breton, qui seul sera à même de nous donner les capacités de mettre en place un projet solidaire et écologiste pour la Bretagne. Seul un parlement Breton nous permettra de transformer le modèle économique défendu par la France de Sarkozy et de créer et pérenniser nos emplois.

Ce projet politique nous le défendons évidemment pour toute la Bretagne, c’est à dire avec le pays Nantais. Cependant, et alors que la liste Europe Ecologie Bretagne s’engage à obtenir l’unité territoriale avant 2014, nous remarquons que la liste Europe Ecologie Pays de la Loire place la coopération interrégionale comme prioritaire face à la résolution de la partition. Au contraire, il nous semble que pour faire face à l’ensemble des problématiques sociales, économiques, écologiques et infrastructurelles qui se posent à la Bretagne, il nous faut d’abord être réunifié territorialement et politiquement. Voilà pourquoi nous n’appellerons pas à voter pour la liste Europe Ecologie en pays Nantais.

Pour autant la seule liste à assumer complètement un projet commun à l’ensemble du territoire Breton, Nous Te Ferons Bretagne, ne porte selon nous pas les garanties nécessaire d’un programme social, économique et écologique favorable au peuple Breton. C’est pour cela que nous n’appelons pas à voter pour eux en Loire-Atlantique et que nous ne donnons aucune consigne de vote.

Pour BREIZHISTANCE-PSC, Jonathan Guillaume.

Malgré la tempête annoncée et la pluie, près de 2000 personnes se sont rassemblées à Nantes ce week-end pour réaliser une fresque humaine en faveur de l’unité territoriale, BREIZHISTANCE-PSB participait évidemment à cette journée.

Hormis la tentative de perturbation d’un petit groupe d’extrême droite, vite repoussée,  la mobilisation était clairement réussie.

Aucun évènement de la campagne électorale n’aura à ce jour été aussi rassembleur. Malgré la volonté affichée par certains élus et responsables politiques, mais aussi par certains médias, de ne pas prendre sérieuxement en compte le problème de la partition administrative de la Bretagne, la société civile a clairement montré que la question ne pouvait être écarté de la campagne actuelle pour les élections régionales.

La population et les militants réunient ce samedi à Nantes ne pourront restés indéfinemment à attendre la Réunification administrative. Cette question devra être réglée avant les prochaines élections territoriales en 2014.

 

BREIZHISTANCE-Parti Socialiste de Bretagne appelle à participer à la manifestation du samedi 6 mars à Nantes organisée par l’ACIPA contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et participera à la randonnée tracto-velo organisé entre le 1er mars et le 6 mars à Rennes le 2 mars entre 17h et 18h.

aeroportNDL

La Gauche Indépendantiste Bretagne s’est toujours opposée au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (voir 100 propositions pour une Bretagne). C’est avec un certain enthousiasme que nous notons que cette revendication, comme d’autres portées par BREIZHISTANCE-PSB, s’impose dans la société et le débat politique.

En effet en région Bretagne nous notons que pas moins de cinq listes s’opposent à l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et quatre en région Pays de la Loire. Les listes de JY Le Drian et Jacques Auxiette comportent de même des candidats écologistes en désaccord avec leurs chefs de files sur la question. Même Christophe Béchu le candidat UMP s’est senti obligé de se démarqué de Jacques Auxiette sur le problème de Notre-Dame-des-Landes ! Tout comme certains partis politiques récemment convertis, nous notons que certains élus PSF locaux émettent de plus en plus de doutes sur le projet, comme Joël Batteux le maire PSF de Saint-Nazaire. Récemment Françoise Verchère, déléguée à l’environnement du Conseil Régional de Loire-Atlantique a abandonné son poste à cause des divergences qu’elle entretenait avec la majorité quant au sujet de l’aéroport.

Si certaines de ces positions, parfois récentes, ne sont pas à créditer de réelles intentions, elles sont encourageantes dans la perspective de la manifestation unitaire du samedi 6 mars à Nantes et de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Jonathan Guillaume, porte parole de Breizhistance-PSB

 

Aujourd’hui les militants rennais de BREIZHISTANCE-PSB se sont rendus au local de l’UMP à Rennes, pour rappeler au conseiller régional et candidat De Legge que la lutte pour l’unité territoriale de la Bretagne dépassait l’effet d’annonce purement électoraliste. En effet il y a quelques jours le sénateur De Legge déposait une proposition d’amendement au Sénat présentée par l’UMP comme rendant désormais possible la Réunification de la Bretagne. Lire la position de BREIZHISTANCE-PSB ci joint :  http://www.breizhistance.tv/2010/02/07/que-de-leggeule/

Encore une fois l’UMP a voulu tromper les militants de la Réunification avec un amendement qui empêche l’expression démocratique du peuple Breton sur la question. Plutôt que d’attendre d’éventuels actes des élus PSF ou UMP en faveur de la Réunification, nous considérons aujourd’hui que c’est par la mobilisation et la pression de la société civile en Bretagne que nous construirons l’unité territoriale. C’est ce que nous sommes venu faire entendre devant le local de l’UMP en appelant à participer à la fresque humaine organisée par BRETAGNE Réunie et 44=BREIZH le samedi 27 février à Nantes.

affichefresquehumaineweb

nantes-dcd2fBREIZHISTANCE – Parti Socialiste de Bretagne appel à participer à la manifestation de soutien aux sans-papiers du samedi 6 février à Nantes, contre le racisme et pour la fermeture des centres de rétentions. Nous avions été prévenus lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, il fait aujourd’hui appliquer par Besson sa politique de ségrégation contre les immigrés. Le gouvernement de Sarkozy montre clairement comment il considère la misère des femmes et des hommes espérant trouver en Europe de quoi vivre. Calais, les 124 réfugiés kurdes de Corses, les décès par « négligences » dans les centres de rétention, comme celui de Salem Souli, les mauvaises conditions d’incarcérations, la séparation des familles, etc… sont là pour nous rappeler la violence de cette France mode UMP. Néanmoins c’est tout un système de ségrégation et de traque qu’il faut aussi dénoncé : celui des dénonciations dans les hôpitaux, les administrations, les banques, etc…. quoi qu’on en dise il n’y a rien de démocratique dans la mise en place d’un système de délation tel que celui-ci.

 Au vue de cette politique pas étonnant que le gouvernement ait choisi d’organiser un débat sur « l’identité nationale » plutôt que sur « la solidarité entre les peuples » ! Les réponses démocratiques aux questions soulevées par les mouvements de population des pays pauvres vers les pays riches, la multiculturalité et la plurinationalité de l’Etat Français, ne seront pas trouvées dans la constante référence aux symboles archaïques de la France (tricolore, marseillaise, unité, centralistaion, etc…) promu par le « Grand Débat nationale ».

Malgré cela des immigrés sans-papiers luttent, et même parfois s’organisent dans des syndicats bretons ou hexagonaux, pour conquérir leur dignité et leurs droits. Que ce soit dans les mouvements de protestation dans les centres de rétentions, ou lors des différents mouvements sociaux impulsés par les travailleurs sans-papiers, comme le plus récent du 12 octobre 2009.

Alors que Besson à récemment annoncé la fermeture du Centre de Rétention de Rennes, en Bretagne montrons notre solidarité aux travailleurs sans-papiers et luttons contre la politique française de ségrégation. Qu’importe son origine, travailleur breton ou travailleur immigré nous avons les mêmes droits !

BREIZHISTANCE-PSB comité Nantes/Naoned

Le 1er février Alan Haye et Jonathan Guillaume, actuel porte-parole de Breizhistance-Parti Socialiste de Bretagne, passerons devant le tribunal de Nantes en renvoi de leur procès du 19 octobre 2009.

skriette

Le 25 avril 2009 l’ensemble de la Gauche Indépendantiste nantaise manifestait dans les rues de Nantes pour dénoncer les répressions politiques que subissaient depuis quelques temps plusieurs militants et mouvements du pays nantais (opposants à l’aéroport, 44=Breizh, faucheurs OGM, … ). A l’issu de cette manifestation près d’une trentaine de militants indépendantistes se retrouvaient à la terrasse du café le Cercle Rouge dans une atmosphère conviviale avant de subire la rixe d’une escouade de policiers en tenue antiémeute. Alan et Jonathan étaient alors emmenés au commissariat suite à des arrestations visiblement ciblées.

Ces deux arrestations faisaient suite a une vague répressive qui s’abattait depuis plusieurs mois contre les militants et sympathisants du collectif 44=Breizh, dont Jonathan Guillaume était alors porte-parole.

Jugés au motif maintenant classique de « rébellion en réunion », la juge d’audiencement a souhaité reporter le procès du 19 octobre 2009 au 1er février 2010 au titre que les policiers ne s’étaient pas portés partie civile dans un dossier pourtant vide et dans lequel elle voudrait les entendre.

Nous ne devons pas laisser cette affaire traîner et soutenir Alan et Jonathan. A travers eux c’est l’expression militante et démocratique du peuple breton qu’on cherche à atténuer. Face à la répression montrons notre Solidarité ! Nous appelons donc au rassemblement du lundi 1er février 13h devant le Palais de Justice de Nantes.

Thomas Baudoux pour Breizhistance-PSB

03L’appel lancé par Breizhistance-Parti Socialiste de Bretagne, et relayé par Treger Disuj et le SLB, aura permis de rassembler près d’une centaine de personnes samedi dernier à Guingamp. Des dizaine de personnes qui se sont mobilisées en quelques jours pour dire non à la propagande chauvine de l’Etat Français. En effet avec l’organisation des débats sur l’identité nationale le gouvernement veut justifier et banaliser les politiques coloniales, xénophobes, uniformisantes et d’inégalités sociales menées depuis des dizaines d’années par la France.

05A Guingamp le cortège s’est terminé par l’intervention d’un « faux »représentant de Bernadette Malgorn, venu malgré lui rappelé à quel point la Bretagne n’avait rien à voir avec les personnes et la politique qu’elle défend.

Différents pans de la société Bretonne se mobilisent ces derniers jours pour marquer leurs refus de se faire imposer les valeurs diffusées par l’organisation de ce « débat sur l’identité national ». La préfecture de Loire-Atlantique a annulé l’organisation du débat prévu à Nantes la veille de la manifestation, et celui prévu le lundi suivant à Guingamp a été reporté ! Il faut continuer et intensifier nos campagnes.

En Bretagne et dans tous les pays sous domination française nous devons manifester notre opposition au projet de l’Etat Français, témoigner de notre volonté de construire là où nous vivons des projets de société juste et solidaire, réellement respectueux de la diversité culturelle, et internationaliste plutôt qu’impérialiste.

En attendant, la France rayonne toujours à travers le monde grâce à ses charters. Elle vient d’ailleurs d’en affréter un ce soir au départ de Roissy pour ramener 9 afghans chez eux… sous les bombes françaises.

Tract distribué à l’occasion de la manifestation (breton/français)

TractBreizhistanceB_12_12_2009

TractBreizhistanceA_12_12_2009

1749061-2372310Cette semaine s’ouvre le sommet de Copenhague sur le changement climatique et nous remarquons que les présidents des collectivités locales (P. Mareschal pour le CG 44, Jacques Auxiette pour la région PdL , J-Y Le Drian pour la région Bretagne ou J-M Ayrault pour Nantes Metropole) ont largement utilisés la rencontre international pour mettre en valeur leurs « vertus écologistes ». J-M Ayrault sera d’ailleurs à Copenhague pour présenter les initiatives du réseau de maires Eurocités et du Plan Climat, « favoriser le covoiturage, le plan vélo encore à préciser, la diminution de l’éclairage public, …. ». Certes nous soutenons ces propositions, mais nous remarquons que le gouvernement français UMP et les dirigeants locaux du PSF, se refusent toujours à faire les choix importants de développement et d’aménagement qui s’imposent. Alors que le sommet concerne le réchauffement climatique et pointent notamment les nécessaires transformations industrielles liées entre autres à la raréfaction du pétrole, ceux-ci continuent de soutenir et d’imposer le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le rapport remis par les scientifiques du Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat avant le sommet de 1208028957Copenhague prévoit la fin des ressources accessibles en pétrole d’ici 2042. La Chambre de Commerce de Loire-Atlantique et les décideurs prévoyaient à l’origine une rentabilisation des investissements d’ici 2040 à 2050. Rappelons de plus qu’à la réouverture du projet par le gouvernement en octobre 2000, le baril de pétrole était autour de 30$, et qu’en quelques années il a été jusqu’à dépassé la barre des 100$, pour se « stabiliser » ces derniers temps à 80$. Il est évident que l’investissement de près de 600 millions d’euros prévus par les collectivités publiques, en plus d’être largement sous-estimés, ne sera au vue des conditions jamais rentabilisé. Ce projet risquerai même de provoquer d’ici quelques décennies une très grave crise économique et sociale en Basse Loire, sans parler de participer à la crise écologique. Nous dénonçons fermement la stratégie de communication des représentants du PSF en Bretagne, et leurs relais (UDB, PC, …) qui vont a Copenhague et soutiennent ce sommet, mais refusent au nom d’intérêts privés de prendre les mesures politiques qui s’imposent ici en Bretagne.

Breizhistance/PSB

L’Etat français organise durant ce mois de décembre près d’une quinzaine de « débats sur l’identité nationale » en Bretagne. Le lundi 14 décembre, un de ces débats sera organisé par la sous préfecture à l’UCO de Guingamp. BREIZHISTANCE – Parti Socialiste de Bretagne tient à cette occasion à contester la légitimité et les objectifs de ce « débat » en Bretagne.

trrrrr

L’objectif affiché par le ministère de l’immigration et de l’identité nationale en organisant cette campagne, est de répondre « à la résurgence de certains communautarismes » en mettant en place « des actions permettant de conforter notre identité nationale, et de réaffirmer les valeurs républicaines et la fierté d’être français ». Les valeurs « de l’identité républicaine », qui se confond visiblement avec « l’identité nationale », sont fortement mises en avant par le gouvernement pour imposer les éléments du « ciment national » qui sont la langue française, le drapeau, la Marseillaise.

Nous remarquons que cette logique chauvine et jacobine est partagée autant par le MNR, le FN et l’UMP, que par le Parti Socialiste Français, les Chevènementistes ou le Parti de Gauche. Rappelons la proposition de Ségolène Royal lors de la dernière campagne présidentielle qui voulait que chaque foyer français arbore le tricolore, ou celle de Jean-Pierre Chevènement alors ministre du gouvernement Jospin qui le premier avait eu l’idée de faire chanter la Marseillaise aux écoliers.

Nous remarquons d’autres part que les personnalités politiques, de la droite comme de la gauche françaises, s’exprimant actuellement sur le sujet n’ont pour l’instant jamais abordé la question des peuples et des langues minorisés de l’Etat français. Pour le « débat » organisé à l’UCO, la préfecture s’est senti obligée de parler « d’identité locale, française et européenne »…. Pourtant à aucun moment l’Etat Français n’a encore dit vouloir reconnaître au peuple Breton ses droits politiques et culturels élémentaires ! Pourquoi le gouvernement devraient-ils nous imposer une « identité nationale française » alors qu’il ne respecte pas notre identité.

L’idée est bien d’imposer une unique conception de la nation « dans les 92 départements de la République » de Cayenne à Papeete en passant par Guingamp et Bayonne. Les défenseurs de cette « identité républicaine » excluent eux-mêmes l’expression des peuples sous domination française, Bretons, Corses, Kanaks, Martiniquais, … Visiblement il n’y pas de place pour nous dans cette « identité nationale française ». Pour preuve de cette fermeture et exclusion du projet identitaire français, la préfecture n’a rien trouvé de mieux que d’organiser ces « débats » en semaine, et à partir de 17h pour celui de Guingamp, histoire que le moins de monde possible puisse y participer !

Certes l’UMP prépare les régionales, ratisse dans l’électorat d’extrême droite; peut-être même qu’elle impose le sujet comme un rappel à l’ordre à l’orée d’élections dans les “provinces et territoires” en plusieurs endroits traversés par les revendications indépendantistes. Mais c’est bien un pendant de la politique du gouvernement qui se cristallise autour du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, incarné dans la proposition de Nicolas Sarkozy « La France tu l’aimes ou tu la quittes ». Cette politique de traque de « l’étranger », qui en met en place la délation au sein des administrations, qui renvoie les afghans par charter dans un pays à qui la France fait la guerre, qui rase au bulldozer les campements de réfugiés de Calais.

« L’identité nationale française » que le gouvernement nous propose c’est ça. Une vision de la nation qui cherche à « intégrer » plutôt qu’à s’ouvrir, une identité qui se replie sur ses symboles archaïques et chauvins, une République française qui s’écarte de plus en plus des principes démocratiques pour promouvoir l’intérêt des plus aisés au détriment des exploités.

Parce qu’ici ce n’est pas la France, nous faisons le choix d’organiser une véritable démonstration de démocratie populaire le samedi 12 décembre place du Vally à Guingamp à partir de 15h. Nous, BREIZHISTANCE – Parti Socialiste de Bretagne, nous faisons le choix d’une « identité nationale » qui se construit en Bretagne dans la vie de tous les jours, avec toutes celles et ceux qui y vivent et y travaillent. Une identité qui s’articule autour d’un projet politique commun ouvert, porteur de démocratie, de liberté et de solidarité.

Bevet Breizh Dieub ha Kengred !
Bretagne Libre et Solidaire !